MS Society of Canada MS Society of Canada
Recherche en action - décembre 2020
Recherche en action
Décembre 2020
Dernières nouvelles sur la recherche diffusées par la Société canadienne de la SP
Sous les projecteurs

Camille Alam

Cette année, l’équipe de la recherche de la Société canadienne de la SP a accueilli Camille Alam au poste de spécialiste de la recherche. Camille a obtenu un baccalauréat (B. Sc.) avec mention en biochimie de l’Université Queen’s avant de décrocher un doctorat en sciences pharmaceutiques à l’Université de Toronto. Elle y a étudié les mécanismes de transport de l’acide folique au cerveau en vue de l’élaboration de stratégies thérapeutiques axées sur les troubles neurologiques survenant durant la petite enfance.

Camille possède de l’expérience et des connaissances dans les domaines des neurosciences et des sciences de la santé. Elle est très heureuse de faire partie de la Société canadienne de la SP et se réjouit à la perspective de contribuer aux avancées de la recherche scientifique sur la SP.
Nouvelles et activités

Établissement de priorités au chapitre de la sclérose en plaques sondage international

Le groupe axé sur la sclérose en plaques au sein de l’organisme international Cochrane mène actuellement un sondage en ligne afin de recueillir des avis et des suggestions quant aux priorités de recherche à établir en matière de revues systématiques sur la sclérose en plaques. Le sondage dont il s’agit ici a pour but de permettre à l’organisme Cochrane de cerner et de catégoriser par ordre d’importance les questions sur lesquelles il devrait se concentrer durant les années à venir en ce qui a trait à la SP.

Cette consultation constitue pour les membres de la collectivité de la SP une occasion unique d’exprimer leurs avis et préoccupations à l’organisme et d’obtenir des réponses aux questions qui revêtent une importance cruciale à leurs yeux.

Pour participer à ce sondage, il vous suffit de répondre à un court questionnaire (durée approximative de 10 à 20 minutes) qui demeurera en ligne jusqu’au 20 décembre 2020 et qui est accessible en onze langues : ms.cochrane.org/enquete-sur-les-priorites-de-recherche-en-sclerose-en-plaques.

Pour en savoir plus à ce propos, cliquez sur le lien suivant : https://ms.cochrane.org/enquete-sur-les-priorites-de-recherche-en-sclerose-en-plaques.


COVID-19 et SP : initiative mondiale de mise en commun de données en vue de la compréhension de l’impact de la COVID-19 sur les personnes atteintes de SP

Des efforts sont actuellement consentis sur la scène internationale afin de favoriser la compréhension des répercussions de la COVID-19, causée par le nouveau coronavirus, sur les personnes atteintes de sclérose en plaques ou d’une autre maladie démyélinisante du système nerveux central (SNC), comme les maladies du spectre de la neuromyélite optique (NMO) à anticorps anti-glycoprotéine de la myéline oligodendrocytaire (MOG). Grâce à une initiative mondiale de mise en commun de données sur la COVID-19 et la SP, les pays participants procèdent actuellement à une collecte de données qui permettra d’en savoir plus sur les effets de la COVID-19 sur les gens atteints de SP ou d’une autre maladie démyélinisante. L’acronyme COViMS (COVID-19 Infections in MS & Related Diseases) désigne le volet nord-américain de ces travaux de collecte d’information par les professionnels de la santé auprès des personnes atteintes de SP ayant contracté la COVID-19.

De plus, les gens aux prises avec la SP, qu’ils aient éprouvé ou non des symptômes en lien avec la COVID-19, peuvent contribuer eux-mêmes à cette collecte de données, menée à l’échelle mondiale, en remplissant un sondage (en anglais seulement) sur une plateforme ayant été conçue pour eux.
Information sur les traitements

Santé Canada approuve l’utilisation de l’Enspryng (satralizumab) pour le traitement du trouble du spectre de la neuromyélite optique (TSNMO)

Santé Canada a approuvé l’utilisation de l’Enspryng (satralizumab) en tant que deuxième traitement modificateur de la maladie destiné aux adultes et aux adolescents âgés de 12 ans ou plus atteints d’un trouble du spectre de la neuromyélite optique (TSNMO) et séropositifs pour des anticorps (de type immunoglobuline G ou IgG) anti-aquaporine 4 (AQP4). Santé Canada a approuvé ce médicament, qui est commercialisé par Hoffman-La Roche Limited/Limitée, à la lumière des résultats de deux études déterminantes de phase III, à savoir les essais SAkuraSky et SAkuraStar.

    EN SAVOIR PLUS    


Santé Canada approuve le Zeposia (ozanimod) pour le traitement de la SP cyclique

Le Zeposia (ozanimod), médicament administré par voie orale une fois par jour pour le traitement de la SP cyclique, est un modulateur des récepteurs de la sphingosine 1 phosphate (S1P) qui pénètre dans le système nerveux central (SNC) et qui se lie à des sous-types spécifiques des récepteurs de la S1P (S1P1R et S1P5R). On trouve les récepteurs de la S1P à la surface de certaines cellules immunitaires, à savoir les lymphocytes T et les lymphocytes B, qui jouent un rôle dans la formation des lésions qui touchent le SNC dans le contexte de la SP. En se liant aux récepteurs de la S1P, l’ozanimod prévient l’activation de ces cellules nocives et leur libération subséquente, à partir des ganglions lymphatiques et du thymus, dans la circulation sanguine, puis dans le cerveau et la moelle épinière.

    EN SAVOIR PLUS    


Points sur la recherche

Des interventions axées sur l’alimentation permettraient de retarder l’apparition de la SP et de ralentir la progression de celle-ci

Le régime alimentaire, l’obésité et les maladies concomitantes constituent tous des facteurs de risque de SP dans la mesure où ils contribuent à l’activation des cellules immunitaires. Des données scientifiques probantes indiquent que l’apport de méthionine, à savoir un acide aminé essentiel fourni en grande quantité par une alimentation à base de viande, est associé à la stimulation des cellules du système immunitaire. Dans le cadre de travaux dirigés par M. Russell Jones, Ph. D., et la Dre Catherine Larochelle, les chercheurs ont constaté que la méthionine contribue à la réponse immunitaire en permettant aux lymphocytes T de proliférer et de se différencier de sorte à réagir plus rapidement et plus efficacement qu’à la normale. Ainsi reprogrammés, les lymphocytes T peuvent causer de l’inflammation en libérant des molécules pro-inflammatoires nocives appelées « cytokines ». Or, en se penchant sur un modèle murin (souris) de SP, les chercheurs ont remarqué que la réduction de l’apport alimentaire de méthionine se traduisait par une apparition plus tardive de la maladie et un ralentissement de la progression de celle-ci.

    EN SAVOIR PLUS    


Comprendre l’impact émotionnel de la COVID-19 sur les personnes atteintes de SP progressive

L’équipe de recherche du Dr Anthony Feinstein (CogEx), dont font partie des scientifiques du Canada, des États-Unis, de l’Italie, du Royaume-Uni, du Danemark et de la Belgique, ont analysé les répercussions de la pandémie sur des gens qui sont atteints de SP progressive grâce à un sondage qu’ils ont effectué par courriel et par téléphone. Afin de déterminer les effets de la pandémie sur le bien-être et la qualité de vie en général des participants, les chercheurs ont comparé les réponses recueillies lors de ce sondage à des données qui avaient été collectées avant la pandémie.

Les données recueillies indiquent que les personnes atteintes de SP progressive ayant participé au sondage se sont bien adaptées à la pandémie et que le confinement n’a pas semblé avoir d’impact négatif sur leur bien-être émotionnel et leur qualité de vie. Le fait de participer à des activités associées à un mode de vie sain, comme les activités physiques et cognitives, pourrait avoir aidé ces personnes à s’adapter efficacement à la situation et médié les effets négatifs de la pandémie sur leur bien-être.

    EN SAVOIR PLUS    


Point d’information : COVID-19 chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SP)

Une initiative mondiale de mise en commun de données (COViMS) a été mise sur pied à la suite de l’apparition du nouveau coronavirus et en réponse au besoin de données probantes permettant d’orienter la prise en charge de la SP durant la pandémie. L’objectif de cette initiative consiste en la compréhension des risques associés à la COVID-19 pour les personnes atteintes de SP, de même qu’en la vérification des effets des médicaments modificateurs de l’évolution de la SP (MMÉSP) sur l’évolution de la COVID-19 ou sur les conséquences de celle-ci.

Une première analyse des données recueillies sur la scène internationale a permis d’établir que le vieillissement, la SP progressive, un degré accru d’incapacité (incapacité de marcher), les affections rénales chroniques et les maladies cardiovasculaires constituent des facteurs de risque d’issues cliniques moins favorables. Par ailleurs, aucun MMÉSP en particulier n’a pu être lié de façon évidente au risque de décès après ajustement selon diverses variables : âge, sexe, mobilité et maladies concomitantes.

    EN SAVOIR PLUS    


Ne manquez rien!

Le concours de bourses de personnel stopSP est lancé

Il est maintenant possible de soumettre une demande de financement dans le cadre du concours 2020-2021 de bourses de personnel et de bourses de stagiaire de recherche de la Société canadienne de la SP. La date limite de soumission des demandes est le 15 décembre 2020, à 16 h (HE). La Société de la SP est déterminée à soutenir la recherche qui permettra de réaliser des avancées majeures, susceptibles de faire la lumière sur la sclérose en plaques. Nous prions les chercheurs et les responsables de travaux de recherche à inciter les stagiaires de recherche à soumettre une demande dans le cadre de ce concours.

Veuillez envoyer toutes vos demandes de renseignements à msresearchgrants@mssociety.ca.
Participation à une étude
Le Portail sur la recherche en SP proposé par la Société canadienne de la SP permet de mettre en communication les chercheurs canadiens en quête de participants pour leurs études et les personnes touchées par la SP qui souhaitent prendre part à de tels travaux. Dans la présente section du bulletin Recherche en action, il est question tous les mois de l’une des études présentées sur ce portail, comme celle qui est exposée ci-après :

Utilisation du cannabis dans le contexte de la sclérose en plaques

L’étude dont il est ici question porte sur la fréquence du recours au cannabis en cas de SP, de même que sur l’efficacité perçue de cette substance dans la prise en charge de divers symptômes et sur le point de vue des personnes qui en font l’utilisation. Aucune étude de ce genre n’a encore été réalisée au Canada depuis la légalisation du cannabis à usage récréatif. Compte tenu des vertus thérapeutiques potentielles de cette substance dans la prise en charge des symptômes de SP, il importe de recueillir des données sur l’expérience vécue par les utilisateurs du cannabis qui feront ensuite office de référence en vue de prochains travaux de recherche. Les résultats de cette étude procureront aux chercheurs un aperçu des habitudes d’utilisation du cannabis et de l’opinion des personnes atteintes de SP relativement au recours à cette substance dans un cadre légal. Ils permettront en outre d’orienter la réalisation de travaux de recherche clinique ainsi que l’élaboration de lignes directrices, ce qui pourrait mener à la mise au point de stratégies thérapeutiques efficaces autres que les approches traditionnelles dont disposent les personnes aux prises avec la SP, et contribuer à l’amélioration de la qualité de vie de ces dernières.

participants à cette étude devront remplir un questionnaire transversal qui leur sera fourni en ligne et qui ne devrait pas durer plus de 15 à 20 minutes. Les chercheurs procéderont ensuite à des analyses statistiques afin de caractériser l’échantillon de population et d’évaluer la prévalence d’emploi de cette substance, l’efficacité perçue par les utilisateurs du cannabis et les effets négatifs de celui-ci, la quantité de produit consommée, de même que les formes du cannabis utilisées par les participants. Les auteurs de l’étude se pencheront enfin sur les données ainsi obtenues, de même que sur le point de vue des diverses sous-populations de participants quant au recours au cannabis, afin de vérifier s’il existe des différences entre les groupes.

Pour en savoir plus sur cette étude ou la façon d’y participer, veuillez consulter la page consacrée à celle-ci à partir du Portail sur la recherche en SP.

Facebook Twitter Instagram Youtube Blog
À propos de nous | Faire un don | Vie privée | Coordonnées | Désabonnement
Société canadienne de la sclérose en plaques Imagine Canada
Société canadienne de la sclérose en plaques
250, rue Dundas Ouest, bureau 500
Toronto (Ontario) M5T 2Z5
msresearchgrants@mssociety.ca
1-800-268-7582

Lisez-le sous forme de page Web

exploité par Blackbaud
logiciel sans but lucratif