MS Society of Canada Société canadienne de la sclérose en plaques
Lisez-le sous forme de page Web
Recherche en Action

Novembre 2017
Dernières nouvelles sur la recherche diffusées par la Société canadienne de la SP

Facebook Twitter Website
Facebook Twitter Site web

Au service de la recherche Profil


Dre Katharine Harding
La Dre Katharine Harding, chercheuse rattachée à l’Université de la Colombie-Britannique et titulaire d’une bourse de recherche postdoctorale, a commencé à s’intéresser à l’immunologie et aux neurosciences au cours de sa carrière universitaire. L’étude de la sclérose en plaques (SP) est la voie qu’elle a choisi d’emprunter pour pouvoir se consacrer à ses deux champs d’intérêt. Ayant travaillé en neurologie lors de sa résidence en médecine, au Royaume-Uni, la Dre Harding a eu pour patients des personnes atteintes de SP et a contribué à la réalisation de divers essais cliniques en lien avec cette maladie. « C’est cette expérience qui, combinée à ma formation antérieure en sciences fondamentales, m’a incitée à faire de la recherche dans le domaine de la SP », dit-elle.

La Dre Harding a reçu une bourse de recherche postdoctorale de la Société canadienne de la SP, destinée à financer une étude intitulée « Is socio-economic status associated with disability progression in MS? A multi-national study » (étude multinationale sur le lien potentiel entre le statut socioéconomique et la progression de l’incapacité chez les personnes atteintes de sclérose en plaques). Alors qu’il existe des éléments de preuve plaidant en faveur d’un lien entre le statut socioéconomique et l’apparition de la SP, la Dre Harding a entrepris cette étude en vue de déterminer si ce dernier est aussi associé à la progression de l’incapacité liée à cette maladie. Le but global de la chercheuse est de mieux comprendre les facteurs qui contribuent à la progression de l’incapacité dans le contexte de la SP. L’étude en question revêt une importance indéniable pour deux raisons : il s’agit en effet (1) d’obtenir des résultats qui permettront de mettre en place et de maintenir des services cliniques appropriés pour les populations locales, et (2) de fournir une description claire de l’évolution naturelle de la SP en vue de l’établissement d’une base de référence pour de futures études de recherche sur cette maladie.

Si certains considèrent le travail en laboratoire comme une activité fastidieuse, la Dre Harding voit plutôt dans cette démarche une façon intéressante de s’attaquer à un problème. « J’aime les défis qui consistent à soulever une question, à travailler en vue de trouver une solution au problème abordé et à appliquer celle-ci à des données cliniques issues d’observations concrètes », précise la Dre Harding. Pour cette dernière, la recherche en laboratoire procure aussi l’occasion de collaborer avec des pairs. « J’apprécie vraiment les interactions que je peux avoir avec d’autres chercheurs dans le cadre de mes travaux en laboratoire chacun a ses propres compétences et perspectives, et la collaboration en recherche favorise la productivité et l’émergence d’idées nouvelles », ajoute-t-elle.

Événements liés à la recherche en SP et possibilités de financement

La 25e rencontre annuelle de la European Charcot Foundation se tiendra en Italie

Du jeudi 30 novembre au samedi 2 décembre 2017 se déroulera à Baveno, en Italie, la 25e rencontre annuelle de la European Charcot Foundation (ECF). Ayant pour thème les faits marquants des 25 dernières années dans le domaine de la recherche en SP (25 Years of Fundamental Milestones in MS), cette conférence proposera des débats intéressants entre chercheurs et cliniciens ainsi que des activités de formation interactives sur divers sujets, allant des causes de la SP à la transposition des résultats de recherche du laboratoire au chevet du patient. Pour en savoir plus sur la rencontre annuelle de l’ECF, consultez la page Web de l’événement.

Rassemblement de chercheurs et de cliniciens spécialisés en SP dans le cadre d’un congrès scientifique

Le Forum 2018 de l’ACTRIMS (Comité des Amériques pour le traitement et la recherche dans le domaine de la sclérose en plaques) accueillera des chercheurs, des cliniciens et des stagiaires de recherche du monde entier à San Diego, en Californie, du 1er au 3 février prochains. L’événement donnera lieu à des présentations données par des spécialistes de la SP sur des sujets comme les nouvelles cibles thérapeutiques, les mécanismes sous-jacents de la SP, la neuro-inflammation et les études cliniques en lien avec la SP. Pour en savoir plus sur ce forum, consultez la page Web consacrée à ce dernier.

Webinaire sur la recherche et l’établissement de stratégies au chapitre de la cognition

La Société canadienne de la SP, en partenariat avec la National MS Society (É.-U.) et l’organisme Can Do MS, propose un séminaire Web et des séances de téléapprentissage consacrés à la recherche sur la cognition dans le contexte de la SP, dont les conférenciers sont la Dre Abbey Hughes (professeure adjointe à la Faculté de médecine de l’Université Johns Hopkins) et Mme Pamela A. Miller (ergothérapeute du Columbia University Medical Center). Inscrivez-vous à ce séminaire en ligne, prévu le 12 décembre prochain (de 20 h à 21 h 15, HNE). La Dre Hughes et Mme Miller aborderont des questions importantes liées à la cognition chez les personnes atteintes de SP, y compris la recherche menée actuellement sur cet aspect de la maladie, les pistes à suivre pour obtenir de l’aide, ainsi que les stratégies de prise en charge à envisager en matière de difficultés d’ordre cognitif. Pour vous inscrire, consultez la page Web du séminaire (en anglais seulement).



Pleins feux sur la recherche

Étude canadienne sur l’observance des traitements modificateurs de l’évolution de la SP


Les médicaments modificateurs de l’évolution de la SP (MMÉSP) sont offerts sur le marché depuis maintenant une vingtaine d’années. De quelle façon sont-ils utilisés? Des chercheuses subventionnées par la Société canadienne de la SP, à savoir les Dres Ruth Ann Marrie, de l’Université du Manitoba, et Charity Evans, de l’Université de la Saskatchewan, ont participé à la rédaction d’un article publié dans la revue intitulée Patient Preference and Adherence, dans lequel étaient présentés les résultats d’une étude qui portait sur l’utilisation prolongée de trois MMÉSP prescrits comme médicaments de première intention (interféron bêta 1b, interféron bêta 1a et acétate de glatiramère) et dont l’objectif consistait à déterminer les facteurs pouvant inciter les personnes qui ont la SP à poursuivre ou à interrompre leur traitement modificateur de l’évolution de la maladie. Pour connaître les résultats de l’étude en question, veuillez cliquer ici. Pour en savoir plus sur cette étude et d’autres travaux de recherche en lien avec la sclérose en plaques, consultez la section « Nouvelles récentes sur la recherche en SP » de notre site Web.

Recherche subventionnée par la Société de la SP


Dre Alexandre Prat
Dans le présent numéro de Recherche en action, nous vous présentons deux études entreprises par le Dr. Alexandre Prat, chercheur principal, médecin et directeur du Laboratoire de neuroimmunologie du Centre de recherche du CHUM (Centre hospitalier de l’Université de Montréal). En plus d’être un chercheur de renommée internationale dans le domaine de la SP, le Dr Prat est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la sclérose en plaques et a été nommé membre de la Société royale du Canada, académie nationale regroupant d’éminents scientifiques, chercheurs, gens de lettres et artistes du pays. Les champs d’intérêt du Dr Prat sont la neuroimmunologie, la barrière hémato-encéphalique ainsi que leur lien avec la SP.

Dans le cadre du concours annuel 2015 2016 de bourses et de subventions de la Société de la SP, le Dr Prat a reçu deux subventions de fonctionnement (de plus de 400 000 $ chacune) relativement à deux études portant sur la barrière hémato-encéphalique (BHE) dans le contexte de la SP. Pour en savoir plus sur la BHE, veuillez vous reporter à l’encadré fourni ci-après. Le Dr Alexandre Prat et ses collaborateurs ont découvert au cours de précédents travaux une protéine utilisée par les cellules immunitaires pour traverser la BHE. Il s’agit de la molécule « DICAM ». Dans le cadre de l’une des deux études susmentionnées, l’équipe du Dr Prat s’emploie à cerner quelles cellules immunitaires expriment DICAM et comment elles se servent de cette molécule pour traverser la BHE. Les chercheurs procéderont également à certaines manipulations sur le gène qui code pour DICAM chez des souris porteuses d’une maladie comparable à la SP afin de déterminer si de telles interventions ont des effets bénéfiques. L’équipe du Dr Prat s’est donné pour objectif de mettre au point des traitements qui cibleront DICAM et qui limiteront ainsi la formation de lésions cérébrales chez les personnes atteintes de SP. Quant à l’autre étude du Dr Prat, celle-ci constitue pour le chercheur et son équipe l’occasion de déterminer comment trois molécules produites par la BHE et certaines cellules de soutien, à savoir les astrocytes, contribuent à la formation d’une BHE compacte et impénétrable. Il s’agit aussi pour les chercheurs d’élaborer des traitements novateurs qui, en agissant sur la BHE, entraveront le processus de dégénérescence des fibres nerveuses du cerveau attribuable à la SP.

Le saviez-vous?

La barrière hémato-encéphalique (BHE) consiste en un réseau de cellules endothéliales qui recouvrent la paroi interne des vaisseaux sanguins du cerveau. Solidement liées entre elles, ces cellules empêchent les substances nocives, telles les bactéries et les toxines, de pénétrer dans le système nerveux central (SNC), constitué du cerveau et de la moelle épinière. Chez les personnes atteintes de SP, l’étanchéité de la BHE est compromise, ce qui permet aux globules blancs (type de cellules du système immunitaire) de traverser celle-ci et d’atteindre ainsi le SNC. Les globules blancs prennent alors pour cible la myéline, gaine protectrice des fibres nerveuses du SNC, et de ce processus résultent l’inflammation et la formation de lésions. C’est pourquoi, à l’instar du Dr Alexandre Prat dans le cadre des études décrites précédemment, des chercheurs s’emploient à étudier les raisons pour lesquelles la BHE devient poreuse et à trouver des moyens de prévenir cette altération.

Participation à une étude

Programme d’exercices à faire à domicile sous la supervision d’un physiothérapeute et destiné aux personnes atteintes de sclérose en plaques dont le degré d’incapacité varie de modéré à grave. L’activité physique contribue grandement au bien-être et est associée à de multiples bienfaits sur le plan de la santé. Or, les personnes vivant avec la SP peuvent avoir de la difficulté à pratiquer régulièrement une activité physique ou à suivre un programme d’exercices en vue d’améliorer leur santé ou leur condition physique ou les deux. L’étude en question consistera à mettre à l’épreuve une approche novatrice faisant appel au Web, dont l’objectif est d’aider les personnes ayant un handicap variant de modéré à grave à prendre en charge leur incapacité grâce à un programme d’exercices de maintien à suivre sous la supervision d’un physiothérapeute spécialisé.

Les auteurs de l’étude évalueront l’observance de ce programme d’exercices accessible en ligne, comparativement à un programme fondé sur des soins usuels de physiothérapie. À cette fin, les chercheurs recruteront 45 personnes atteintes de SP qui seront réparties aléatoirement en deux groupes, dont l’un participera au programme en ligne et l’autre, au programme de soins usuels. Les participants prenant part au programme en ligne recevront par le Web du soutien et un service de physiothérapie personnalisé, tandis que les personnes participant au programme de soins usuels recevront un plan d’exercices écrit. La participation régulière aux programmes d’exercices (observance) sera évaluée chez les deux groupes sur une période de plus de six mois. Les chercheurs mesureront aussi le degré de satisfaction des participants relativement au programme d’exercices qui leur est proposé, à l’aspect sécuritaire de ce programme ainsi qu’à l’impact de ce dernier sur les symptômes de SP et les fonctions physiques. Une stratégie de physiothérapie faisant appel au Web pourrait s’avérer largement accessible pour les personnes atteintes de SP et favoriser la pratique à long terme de l’activité physique, essentielle au bien-être. Pour consulter la page consacrée à cette étude, accédez au Portail sur la recherche en SP.

Autres nouvelles sur la SP...

Y a-t-il un sujet ou un événement lié à la recherche qui vous intéresse et dont nous n'avons pas parlé? Faites-le-nous connaître, à msresearchgrants@mssociety.ca.

Abonnement

Pour vous abonner à Recherche en action, visitez notre site Web et entrez votre adresse courriel dans l'encadré intitulé « Soyez à l'affût! ». L'inscription peut être annulée en tout temps.

N. B. - Si vous êtes déjà inscrit à la liste d'envoi des Nouvelles récentes sur la recherche en SP, vous recevrez automatiquement le bulletin Recherche en action.
2019 © Société canadienne de la sclérose en plaques. Tous droits réservés.

250, rue Dundas Ouest, bureau 500
Toronto (Ontario) M5T 2Z5

Politique de confidentialité  |  Désinscrire
 
exploité par Blackbaud
logiciel sans but lucratif