MS Society of Canada MS Society of Canada
Research in Action - avril 2018
Recherche en action
avril 2018
Dernières nouvelles sur la recherche diffusées par la Société canadienne de la SP
Au service de la recherche Profil

La sclérose en plaques (SP) est une maladie chronique qu’Ellie Doroshenko connaît bien. En effet, sa grand-mère a reçu un diagnostic de SP il y a plus de vingt ans. Puis, il y a un peu plus de cinq ans, sa sœur apprenait à son tour qu’elle avait la SP, ce qui a incité Ellie à se consacrer à la recherche axée sur cette affection.

Titulaire d’une bourse de stagiaire de recherche à la maîtrise, Ellie mène des travaux de recherche dans le laboratoire de la Dre Shannon Dunn, à l’Université de Toronto. Ses travaux portent sur la microglie ensemble de cellules immunitaires présentes dans le cerveau et la moelle épinière et sur son mode d’action dans le contexte d’une maladie murine semblable à la SP. En cas d’inflammation causée par la SP, la microglie produit des molécules aux propriétés anti-inflammatoires afin de rétablir l’équilibre compromis par la maladie. Parmi ces molécules figure celle qui a été baptisée PPARδ. Ellie s’intéresse à ce qui se passe lorsque la microglie ne parvient pas à produire cette molécule ainsi qu’aux répercussions de cette carence chez des souris atteintes d’une maladie semblable à la SP. « Nous espérons que les résultats de nos travaux nous permettront d’entrevoir de nouvelles stratégies quant à la prise en charge de la SP ainsi que d’approfondir nos connaissances sur la biologie de cette maladie », indique Ellie.

Lorsqu’on lui demande ce qu’elle aime le plus de son travail en laboratoire, elle répond : « Chaque jour se déroule de façon unique au cours d’une même semaine, je peux être amenée à réaliser des expériences, à analyser des données, à lire des publications sur les travaux les plus récents menés dans mon champ de recherche ainsi qu’à discuter avec mon mentor des prochaines étapes à franchir dans le cadre de mes travaux. » Les motivations d’Ellie quant à l’avancement de la recherche en SP sont d’ordre personnel et professionnel : « … ma famille demeure indéniablement une source d’inspiration, mais le rôle que je joue en tant qu’étudiante de deuxième cycle me motive également. J’ai le sentiment d’avoir pour responsabilité de soulever des questions de recherche importantes et de mener des expériences pertinentes et bien conçues en vue d’apporter des réponses à ces questions. »

Souhaitons beaucoup de succès à Ellie dans ses travaux de recherche!
Événements liés à la recherche en SP et possibilités de financement

Des gens participeront bientôt à la Marche de l’espoir et au Vélotour SP pour amasser des fonds au profit de la recherche en SP et des programmes de la Société de la SP!

Voici venue la saison de la Marche de l’espoir et du Vélotour SP. Chaque printemps, des milliers de personnes de notre pays se mobilisent dans leur région pour participer à ces deux événements et amasser des fonds. C’est ainsi que ces gens contribuent à la lutte contre la sclérose en plaques et qu’ils apportent leur soutien aux personnes touchées par cette maladie. Joignez-vous à nous pour contribuer à bâtir un avenir meilleur pour les Canadiens atteints de SP. Consultez les pages Web de la Marche de l’espoir et du Vélotour SP pour en savoir plus sur ces deux événements.

La Société canadienne de la SP s’apprête à promouvoir la recherche et à souligner la contribution des chercheurs à l’occasion du Mois de la sensibilisation à la SP et de la Journée mondiale de la SEP

La Journée mondiale de la SEP 2018 (30 mai) aura pour thème et objectif le rapprochement entre les personnes touchées par la SP et les chercheurs qui se consacrent à l’étude de cette maladie. Le but de cette campagne d’un jour dont le mot-clic sera « #BringingUsCloser » (nous rapprocher) consistera à permettre une meilleure compréhension des processus complexes qui sous-tendent la recherche sur la SP. Tout au long du Mois de la sensibilisation à la SP, nous mettrons de l’avant le thème de la Journée mondiale de la SEP tout en soulignant l’importance de la recherche. En plus d’apporter une visibilité aux personnes vivant avec la SP, à leurs proches aidants, aux membres de leur famille et à leurs amis, ce thème nous procure l’occasion de mettre en relief les contributions de notre organisme au chapitre du financement de la recherche et des progrès réalisés dans ce domaine.

Durant le mois de mai, nous suivrons notre propre approche en matière de diffusion de témoignages ou de récits et concentrerons notre contenu narratif sur la recherche en SP. Seront alors proposés des vidéos consacrées à la recherche sur la SP, des portraits de chercheurs à l’œuvre dans ce domaine ainsi que des témoignages de personnes touchées par la SP et ayant bénéficié des retombées de la recherche (qu’il s’agisse de traitements contre cette maladie ou ses symptômes ou de pratiques favorisant le bien être).

Surveillez nos canaux de médias sociaux pour accéder au contenu suivant : (1) portraits de chercheurs à l’œuvre dans tous les coins du pays; (2) vidéo en direct sur Facebook permettant à un chercheur de présenter son laboratoire et ses travaux grâce à une plateforme conviviale; (3) graphiques chronologiques montrant l’évolution de la recherche au fil du temps; (4) témoignages diffusés par des chercheurs à partir de notre compte Instagram, dans le cadre de la série « A day in the life of a researcher » (un jour dans la vie d’un chercheur), conçue pour donner une meilleure visibilité aux chercheurs en SP et à leurs activités. Rendez-vous à la page Facebook et sure le compte Instagram de la Société de la SP tout au long du mois de mai!
Pleins feux sur la recherche

Les résultats d’un essai clinique international portant sur un traitement par cellules souches démontrent une stabilisation de la SP et une réduction de l’incapacité chez les participants à l’essai

L’immunosuppression suivie d’une greffe de cellules souches hématopoïétiques autologues (IGCSHA) est une procédure radicale qui consiste tout d’abord à prélever des cellules souches de la moelle osseuse d’une personne, puis à supprimer le système immunitaire de cette dernière par chimiothérapie, après quoi les cellules souches prélevées sont réintroduites dans l’organisme, où elles se transformeront en de nouvelles cellules immunitaires. L’objectif de cette intervention est de reconstituer le système immunitaire, lequel est censé être à l’origine de la détérioration des cellules nerveuses dans le contexte de la sclérose en plaques. Une équipe de chercheurs dirigée par le Dr Richard Burt, de l’Université Northwestern à Chicago, a mené un essai international sur l’IGCSHA auprès de 110 personnes qui présentaient une SP cyclique (poussées-rémissions) active essai clinique dont des résultats préliminaires ont été divulgués à l’occasion du dernier congrès annuel de l’European Society for Bone and Marrow Transplantation, qui s’est tenu récemment à Lisbonne. Clique ici pour en savoir plus à ce sujet.

Publication des résultats d’un essai clinique de phase III sur le siponimod dans le contexte de la sclérose en plaques progressive secondaire

La compagnie pharmaceutique Novartis a publié dernièrement les résultats de l’étude EXPAND, soit un essai clinique de phase III à double insu et à répartition aléatoire, qui portait sur le siponimod administré par voie orale, une fois par jour, dans le contexte de la sclérose en plaques progressive secondaire (SPPS). Ces résultats ont également fait l’objet d’un article et d’un commentaire, rédigé par la Dre Luanne Metz et M. Wei-Qiau Liu (Université de Calgary), dans la prestigieuse revue The Lancet. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez notre site Web.

Une étude sur des souris révèle que les cellules souches du cerveau pourraient être utilisées pour le traitement personnalisé de la SP progressive

De récents travaux de recherche ont été consacrés au traitement de l’inflammation associée à la SP progressive au moyen de cellules souches. Les cellules souches sont des cellules tout à fait particulières en ce sens qu’elles sont capables de donner naissance à pratiquement tous les types de cellules présents dans l’organisme. Plus précisément, il a été démontré que les cellules souches neurales (CSN) cellules souches qui se différencient en cellules nerveuses atténuent l’inflammation du système nerveux central (SNC) chez des modèles animaux de la SP. Une équipe de recherche de l’Université de Cambridge menée par le Dr Stefano Pluchino, qui s’est proposé d’étudier dans quelle mesure la greffe de CSN influe sur la SP chronique chez un modèle murin de cette maladie, vient de publier ses résultats dans la revue Cell Stem Cell. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez notre site Web.

Recherche subventionnée par la Société de la SP

Ce mois-ci, nous vous présentons des travaux de recherche menés par le Dr Craig Moore, professeur adjoint en neurosciences à l’Université Memorial. Le Dr Moore a obtenu son doctorat à l’Université Dalhousie avant de suivre une formation postdoctorale axée sur la sclérose en plaques aux côtés des Drs Amit Bar-Or et Jack Antel. En 2011, il a été admis au programme de perfectionnement SPRINT stopSP, destiné aux chercheurs en formation, financé par la Société de la SP. Il a ensuite « bouclé la boucle » en devenant mentor dans le cadre du programme SPRINT 2016-2017 afin de soutenir de futurs chercheurs en SP. Les champs d’intérêt du Dr Moore sont la neuroimmunologie, l’inflammation ainsi que la différenciation des cellules gliales dans le contexte de la SP.

Le Dr Moore a reçu près de 350 000 $ dans le cadre du concours annuel 2016-2017 de la Société de la SP relativement à un projet portant sur des molécules baptisées « microARN », nouvelles cibles potentielles dans le traitement de la SP progressive. Ces molécules, qui sont présentes aussi bien dans les cellules du cerveau que dans les cellules immunitaires, sont des acteurs clés de la régulation de l’inflammation et de la réparation des lésions tissulaires du cerveau. Les chercheurs de l’équipe du Dr Moore en ont découvert une en particulier, le mir‑223, qui jouerait un rôle important dans l’activation des mécanismes de réparation en cas de SP. Ils ont mis des cellules en culture et les ont traitées au mir‑223 afin de définir en détail le rôle de ce microARN en mesurant les variations des signaux inflammatoires. Les prochains travaux de cette équipe consisteront à étudier le rôle du mir‑223 chez des modèles animaux de la SP. Le Dr Moore espère que ces travaux de recherche mettront en évidence une nouvelle cible pour le traitement des formes cyclique et progressive de la SP, qu’il s’agira par la suite d’évaluer de manière approfondie.

Le saviez-vous?

La Société canadienne de la SP est à la recherche de bénévoles ayant des aptitudes pour la rédaction scientifique. Les personnes recrutées participeront à diverses initiatives de communication axées sur la recherche et destinées à rehausser la diffusion de l’information sur la recherche financée par la Société de la SP ainsi qu’à renforcer la sensibilisation du public à ce sujet. Si vous possédez de solides compétences en matière de communication écrite notamment en ce qui concerne la rédaction scientifique et technique et une connaissance approfondie de la terminologie des sciences fondamentales et des méthodologies de recherche, n’hésitez pas à écrire à maheen.ceizar@mssociety.ca.
Participation à une étude
Le Portail sur la recherche en SP proposé par la Société canadienne de la SP permet de mettre en communication les chercheurs canadiens en quête de participants pour leurs études et les personnes touchées par la SP qui souhaitent prendre part à de tels travaux. Dans la présente section du bulletin Recherche en Action, il est question tous les mois de l’une des études présentées sur ce portail, comme celle qui est exposée ci-après :

Étude de cohorte prospective canadienne sur la grossesse dans le contexte de la SP (CANPREG-MS).

La SP est l’affection neurologique acquise la plus courante parmi les adultes en âge de procréer. L’étude de cinq ans dont il est ici question a pour objectif de répondre au besoin croissant des femmes atteintes de SP en matière d’information à jour, personnalisée et fondée sur des données probantes, relativement à la procréation et à la maternité. Baptisée CANPREG-MS, cette étude prospective sera menée principalement auprès de femmes enceintes ayant la SP et consistera à rassembler de l’information sur cette maladie ainsi que sur les médicaments utilisés par les participantes dans le cadre de leur traitement contre la SP au moment de la conception, durant la gestation (grossesse) et, s’il y a lieu, pendant la période d’allaitement. Les critères d’admissibilité à l’étude sont les suivants : être une femme âgée d’au moins 18 ans et avoir reçu un diagnostic confirmé de SP, être enceinte ou prévoir de concevoir un enfant. Pour consulter la page consacrée à cette étude, accédez au Portail sur la recherche en SP.
Autres nouvelles sur la SP...
Y a-t-il un sujet ou un événement lié à la recherche qui vous intéresse et dont nous n'avons pas parlé? Faites-le-nous connaître, à msresearchgrants@mssociety.ca.
Abonnement
Pour vous abonner à Recherche en action, visitez notre site Web et entrez votre adresse courriel dans l'encadré intitulé « Soyez à l'affût! ». L'inscription peut être annulée en tout temps.

N. B. - Si vous êtes déjà inscrit à la liste d'envoi des Nouvelles récentes sur la recherche en SP, vous recevrez automatiquement le bulletin Recherche en action.
Facebook Twitter Instagram Youtube Blog
À propos de nous | Faire un don | Vie privée | Coordonnées | Désabonnement
Société canadienne de la sclérose en plaques Imagine Canada
Société canadienne de la sclérose en plaques
250, rue Dundas Ouest, bureau 500
Toronto (Ontario) M5T 2Z5
msresearchgrants@mssociety.ca
1-800-268-7582

Lisez-le sous forme de page Web

exploité par Blackbaud
logiciel sans but lucratif