MS Society of Canada MS Society of Canada
Recherche en action - Mai 2018
Recherche en action
mai 2018
Dernières nouvelles sur la recherche diffusées par la Société canadienne de la SP
Au service de la recherche Profil

Giulia Cisbani a entamé son parcours dans le monde des neurosciences il y a presque neuf ans à l’Université Laval, à Québec. Bien qu’ayant alors la possibilité de travailler sur plusieurs projets, Giulia s’est surtout intéressée aux stratégies de remplacement cellulaire dans le contexte de la maladie de Huntington. « Cette affection se caractérise notamment par une perte de cellules cérébrales, et j’étais fascinée par la possibilité de substituer des cellules saines aux cellules détruites. J’ai eu la chance inouïe de pouvoir étudier le cerveau de personnes ayant reçu une greffe de cellules pour vérifier si une telle approche constituait une option thérapeutique viable », explique-t-elle. Quant à la sclérose en plaques, Giulia a commencé à s’y intéresser pour la première fois en devenant gestionnaire d’un laboratoire après avoir obtenu son doctorat.

En tant que spécialiste de la recherche à la Société canadienne de la SP, Giulia continue de se servir au quotidien des connaissances qu’elle a acquises lors de sa carrière de chercheuse. Aux côtés de la Société de la SP, elle a pu ajouter à son actif de nouvelles compétences qui, selon elle, ne font pas vraiment partie du bagage d’un chercheur à l’œuvre dans un laboratoire. « Il m’est arrivé de faire des demandes de bourse par le passé, et je trouve intéressant le fait d’être “de l’autre côté” et de comprendre toutes les étapes du processus d’évaluation des demandes de subvention. »

Lorsqu’on lui demande ce qui la motive le plus dans son travail, Guilia répond ceci : « J’estime avoir beaucoup de chance de travailler dans un environnement à la fois décontracté et très professionnel et, bien que j’aie cessé de faire de la recherche, je sais que je contribue encore à l’approfondissement des connaissances sur la SP. »
Événements liés à la recherche en SP et possibilités de financement

Des gens participeront bientôt à la Marche de l’espoir et au Vélotour SP pour amasser des fonds au profit de la recherche en SP et des programmes de la Société de la SP!

La saison de la Marche de l’espoir et du Vélotour SP bat son plein. Chaque printemps, des milliers de personnes de notre pays se mobilisent dans leur région pour participer à ces deux événements et amasser des fonds. C’est ainsi que ces gens contribuent à la lutte contre la sclérose en plaques et qu’ils apportent leur soutien aux personnes touchées par cette maladie. Joignez-vous à nous pour contribuer à bâtir un avenir meilleur pour les Canadiens atteints de SP. Consultez les pages Web de la Marche de l’espoir et du Vélotour SP pour en savoir plus sur ces deux événements.

Boursiers de niveau doctoral ou postdoctoral recherchés à l’Université de la Colombie-Britannique.

Le groupe de chercheurs en pharmacoépidémiologie de la SP baptisé Pharmacoepidemiology in MS (PiMS) et dirigé par Mme Helen Tremlett, Ph. D., à l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, souhaite recruter des boursiers de niveau doctoral ou postdoctoral hautement qualifiés et motivés. Les candidats retenus se verront offrir une occasion extraordinaire de faire de la recherche sur la sclérose en plaques tout en bénéficiant d’un excellent environnement de formation. Il est possible d’en savoir plus sur les postes à pourvoir au sein du groupe PiMS en consultant le site Web http://epims.med.ubc.ca/our-team/job-opportunities Les doctorants et postdoctorants qui ont des questions au sujet de cette offre ou qui souhaitent poser leur candidature sont invités à communiquer par courriel avec le groupe PiMS à l’adresse info.pimsgroup@gmail.com (cc in: helen.tremlett@ubc.ca).
Pleins feux sur la recherche

Un essai clinique révèle qu’un cours de méditation en ligne contribue à l’amélioration à court terme du bien-être chez les personnes atteintes de SP

La dépression, l’anxiété et la fatigue figurent parmi les symptômes les plus courants de la SP pouvant altérer la qualité de vie. Or, bien que les agents modificateurs de l’évolution de la maladie utilisés dans le traitement de la sclérose en plaques aient un impact sur le cours de la maladie, ils ne permettent généralement pas d’obtenir une amélioration marquée de la qualité de vie. C’est pourquoi des chercheurs en SP commencent à s’intéresser aux approches axées sur le mieux-être qui pourraient atténuer l’impact des symptômes de la SP et, par là même, rehausser la qualité de vie des personnes atteintes de cette affection. Une équipe de recherche de l’Università Cattolica del Sacro Cuore, à Milan (Italie), dont faisaient partie les chercheurs Cesare Cavalera et Francesco Pagnini, a mené un essai clinique en vue de déterminer si un type de méditation axé sur la pleine conscience pouvait améliorer le bien-être chez les personnes vivant avec la SP. Les résultats de cette étude ont été publiés récemment dans la revue Multiple Sclerosis Journal Cliquez ici pour en savoir plus à ce sujet.

L’Académie américaine de neurologie (AAN) rend publiques des lignes directrices en matière de pratique clinique relatives aux médicaments modificateurs de l’évolution de la SP

L’Académie américaine de neurologie (AAN) a rendu publiques des lignes directrices en matière de pratique clinique dont l’objectif est d’aider les médecins et les personnes vivant avec la SP à choisir le médicament le plus approprié parmi l’ensemble des MMÉSP approuvés pour le traitement de cette maladie. Élaborées par un comité d’experts et de personnes atteintes de SP, ces lignes directrices présentent de l’information condensée sur les différents MMÉSP offerts sur la base de données déjà publiées relativement aux profils d’innocuité et d’efficacité de ces médicaments et fournissent des recommandations quant à la décision d’amorcer ou de cesser un traitement par un MMÉSP ou de passer à un autre MMÉSP. Pour en apprendre davantage à ce sujet, consultez les Nouvelles récentes sur la recherche en SP.

Recherche subventionnée par la Société de la SP

Ce mois-ci, nous vous présentons des travaux de recherche menés par M. Mark Horwitz, Ph. D., professeur au Département de microbiologie et d’immunologie de l’Université de la Colombie-Britannique. M. Horwitz a obtenu son doctorat à l’Université du Minnesota avant de suivre au Scripps Research Institute une formation postdoctorale axée sur les maladies virales et les affections auto-immunes. L’objectif du laboratoire dirigé par M. Horwitz consiste à étudier les mécanismes suivant lesquels des virus déclenchent des maladies qui, comme la SP, sont de nature chronique.

M. Horwitz a reçu plus de 350 000 $ dans le cadre du concours annuel 2017-2018 de la Société canadienne de la SP en vue de mener à bien une étude mécanistique sur le rôle du virus d’Epstein-Barr (VEB) dans le contexte de la SP. On croit que l’infection par le virus d’Epstein-Barr (VEB), surtout connu comme l’agent pathogène qui cause la mononucléose, pourrait être impliquée dans l’apparition de la SP. En effet, le risque de SP est dix fois plus élevé parmi les personnes qui ont été infectées par le VEB durant leur enfance que chez les autres et il est multiplié par vingt chez celles qui ont déjà présenté une mononucléose infectieuse. Dans le cadre de précédents travaux de recherche financés par la Société de la SP, M. Horwitz a établi la présence d’une maladie très semblable à la SP chez des souris ayant été infectées par le VEB. En s’appuyant sur cette constatation, le chercheur a entrepris d’explorer les mécanismes selon lesquels le VEB contribuerait au déclenchement de la SP. Le but ultime de M. Horwitz est d’affiner l’approche thérapeutique qui vise à contrer les interactions entre le VEB et le système immunitaire dans le contexte de la SP en vue de prévenir l’apparition de cette affection.

Le saviez-vous?

L’équipe de la recherche de la Société de la SP a créé une page consacrée aux facteurs de risque et aux facteurs pronostiques. Le Canada affiche un des taux de sclérose en plaques les plus élevés du monde, et la cause de cette affection n’a pas encore été entièrement élucidée. Les divers travaux de recherche menés à ce jour sur les causes sous-jacentes de la SP ont toutefois permis d’établir que divers facteurs entraient en jeu dans l’apparition de cette maladie. Ces facteurs de risque soit les caractéristiques ou les circonstances pouvant accroître le risque de SP relèvent des catégories suivantes : facteurs environnementaux, agents infectieux et facteurs génétiques. Leur combinaison est soupçonnée de jouer un rôle dans l’apparition de la SP. Récemment, des chercheurs ont découvert que les bactéries qui résident dans l’intestin constituaient l’un de ces facteurs. La compréhension de la manière dont chacun de ces facteurs de risque contribue au déclenchement de la SP pourrait mener à l’élaboration de traitements ciblés et, ultérieurement, à la découverte d’un remède contre cette maladie. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez notre page Web portant sur cette question.
Participation à une étude
La Portail sur la recherche en SP proposé par la Société canadienne de la SP permet de mettre en communication les chercheurs canadiens en quête de participants pour leurs études et les personnes touchées par la SP qui souhaitent prendre part à de tels travaux. Dans la présente section du bulletin Recherche en action, il est question tous les mois de l’une des études présentées sur ce portail, comme celle qui est exposée ci-après :

Effet progressif de la sclérose en plaques cyclique sur la variabilité de la marche mesurée à l’aide d’un accéléromètre portable.

L’étude dont il est ici question sera menée en Saskatchewan où le taux de SP figure parmi les plus élevés du monde et aura pour but l’élaboration de méthodes qui, en faisant appel à une technologie de capteurs facilement accessible, permettront d’évaluer la mobilité des personnes atteintes de SP. L’objectif des chercheurs à long terme est de recourir à cette technologie pour évaluer la progression de la maladie sur le plan clinique et d’obtenir de l’information utile aux fins de prescription et d’évaluation des traitements. En vue de leur étude, les chercheurs ont retenu deux critères de mesure de la marche, soit la variabilité du temps de marche (stride time variability) et l’indice FSI (fractal scaling index) du temps de marche. Ils souhaitent vérifier si ces critères permettront de mesurer les différences entre la démarche des participants ayant la SP et celle des témoins en bonne santé, d’une part, et si les résultats obtenus varient en fonction du degré d’incapacité chez les sujets atteints de SP, d’autre part. Les critères d’admissibilité sont les suivants : avoir reçu un diagnostic de sclérose en plaques cyclique (poussées-rémissions); présenter un score EDSS allant de 2 à 5; ne pas avoir subi de poussée de SP au cours des 30 jours précédant le test. Pour consulter la page consacrée à cette étude, accédez au Portail sur la recherche en SP.
Autres nouvelles sur la SP...
Y a-t-il un sujet ou un événement lié à la recherche qui vous intéresse et dont nous n'avons pas parlé? Faites-le-nous connaître, à msresearchgrants@mssociety.ca.
Abonnement
Pour vous abonner à Recherche en action, visitez notre site Web et entrez votre adresse courriel dans l'encadré intitulé « Soyez à l'affût! ». L'inscription peut être annulée en tout temps.

N. B. - Si vous êtes déjà inscrit à la liste d'envoi des Nouvelles récentes sur la recherche en SP, vous recevrez automatiquement le bulletin Recherche en action.
Facebook Twitter Instagram Youtube Blog
À propos de nous | Faire un don | Vie privée | Coordonnées | Désabonnement
Société canadienne de la sclérose en plaques Imagine Canada
Société canadienne de la sclérose en plaques
250, rue Dundas Ouest, bureau 500
Toronto (Ontario) M5T 2Z5
msresearchgrants@mssociety.ca
1-800-268-7582

Lisez-le sous forme de page Web

exploité par Blackbaud
logiciel sans but lucratif