MS Society of Canada MS Society of Canada
Recherche en action - juin 2018
Recherche en action
juin 2018
Dernières nouvelles sur la recherche diffusées par la Société canadienne de la SP
Au service de la recherche Profil

Originaire d’Ottawa, Jonathan Allenger s’est installé à Toronto après avoir reçu un diagnostic de sclérose en plaques cyclique (poussées-rémissions) il y a cinq ans, soit en 2013. Or, c’est avec des sentiments partagés qu’il a vécu cette période de sa vie : en effet, moins de 24 heures avant ce diagnostic, il avait entendu pour la première fois battre le cœur de son bébé. Afin d’optimiser sa prise en charge de la maladie, Jonathan a adopté de saines habitudes de vie : bien manger, demeurer actif et trouver des façons efficaces de réduire le stress.

Jonathan a commencé à s’impliquer aux côtés de la Société canadienne de la SP à la suite de sa participation à un séminaire informatif peu après son installation à Toronto. « Peu de temps après, je me suis joint à un groupe de soutien pour personnes atteintes de SP ainsi qu’au conseil de la section de ma localité », précise-t-il. Jonathan participe également depuis plusieurs années au Vélotour SP et a été invité à témoigner sur sa vie avec la SP à l’occasion de divers événements. « Dès que j’ai commencé à faire du bénévolat, je n’ai jamais cessé d’aller de l’avant en vue de changer le cours des choses. »

On a récemment demandé à Jonathan de prendre la parole à l’occasion des cours d’été stopSP (programme d’enseignement interactif offert chaque année et grâce auquel les participants peuvent améliorer leurs connaissances et leurs compétences en matière de recherche sur la SP). Le témoignage qu’il a alors livré a permis aux stagiaires de recherche présents de se rappeler ce qui les avait incités en premier lieu à s’orienter vers le domaine de la SP. Jonathan s’est également senti encouragé par cette expérience. « Je dois avouer que ma présence aux cours d’été stopSP a été l’occasion pour moi de constater une fois de plus que la Société canadienne de la SP prend des mesures concrètes au chapitre du financement de la recherche en SP. L’enthousiasme des participants auxquels je me suis adressé était manifeste, et je pouvais sentir l’énergie que dégageaient ces jeunes. »

À propos de ce que la recherche devrait apporter aux personnes atteintes de SP, Jonathan explique : « L’espoir. Sans espoir, le fardeau lié à l’inconnu peut être accablant, voire écrasant. J’espère que les investissements faits actuellement dans la recherche se traduiront par des bienfaits concrets pour les personnes qui seront touchées par la SP dans les années à venir. »
Événements liés à la recherche en SP et possibilités de financement

La saison du Vélotour SP bat son plein grâce à des milliers de gens déterminés à amasser des fonds au profit de la recherche en SP et des programmes de la Société de la SP!

La saison du Vélotour SP bat son plein. Comme chaque année, des milliers de personnes de notre pays se mobilisent dans leur région pour participer à cet événement et amasser des fonds. C’est ainsi que ces gens contribuent à la lutte contre la sclérose en plaques et qu’ils apportent leur soutien aux personnes touchées par cette maladie. Joignez-vous à nous pour contribuer à bâtir un avenir meilleur pour les Canadiens atteints de SP. Consultez la page Web du Vélotour SP pour en savoir plus sur cet événement.

Assistez au prochain webinaire de la Société canadienne de la SP : Preparing for the Future (préparer l’avenir)

La Société canadienne de la SP annonce la tenue d’un webinaire, le mardi 10 juillet 2018, de 14 h à 15 h 30 (HAE), dans le cadre de la série de webinaires ayant pour titre : Preparing for the Future: Where there’s a will, there’s a way. (préparer l’avenir tant que la volonté est là, il est possible d’avancer). Ce webinaire est animé par Karen Henderson, fondatrice et chef de la direction du Long Term Care Planning Network, considéré comme le plus important centre de ressources axé sur le vieillissement, la planification des soins de longue durée et les services éducatifs. La série de séminaires que donne Mme Henderson, son site Web, son bulletin d’information ainsi que les documents que cette dernière propose en format imprimé ou électronique constituent des ressources sur les soins de longue durée reconnues à l’échelle internationale. Les participants au webinaire recevront des conseils pratiques en matière de planification et sur les façons de relever les petits et grands défis auxquels nous devons tous faire face dans ce domaine, qu’il s’agisse par exemple de décider du moment où il conviendrait de prendre sa retraite, de réévaluer son lieu de vie ou de mettre à jour ses directives préalables (instructions sur les décisions à prendre en matière de soins dans l’éventualité où on ne serait plus en mesure de les prendre soi même). Les participants auront aussi accès à des ressources utiles. Consultez le site Web consacré à ce webinaire pour obtenir davantage d’information sur celui-ci et vous y inscrire. (Veuillez noter que ce webinaire sera donné en anglais seulement.)

Boursiers de niveau doctoral ou postdoctoral recherchés à l’Université de la Colombie-Britannique

Le groupe de chercheurs en pharmacoépidémiologie de la SP baptisé Pharmacoepidemiology in MS (PiMS) et dirigé par Mme Helen Tremlett, Ph. D., à l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, souhaite recruter des boursiers de niveau doctoral ou postdoctoral hautement qualifiés et motivés. Les candidats retenus se verront offrir une occasion extraordinaire de faire de la recherche sur la sclérose en plaques tout en bénéficiant d’un excellent environnement de formation. Il est possible d’en savoir plus sur les postes à pourvoir au sein du groupe PiMS en consultant le site Web http://epims.med.ubc.ca/our-team/job-opportunities Les doctorants et postdoctorants qui ont des questions au sujet de cette offre ou qui souhaitent poser leur candidature sont invités à communiquer par courriel avec le groupe PiMS, à info.pimsgroup@gmail.com (cc in: helen.tremlett@ubc.ca).

L’ECTRIMS (comité européen pour le traitement et la recherche dans le domaine de la sclérose en plaques) accepte des résumés de dernière heure pour son 34e congrès

Le comité scientifique de l’ECTRIMS (European Committee for Treatment and Research in Multiple Sclerosis comité européen pour le traitement et la recherche dans le domaine de la sclérose en plaques) accepte des résumés de dernière heure qui pourraient faire l’objet de présentations lors de son 34e congrès. Ce dernier se tiendra du 10 au 12 octobre à Berlin, en Allemagne. Les chercheurs ont la possibilité de fournir un résumé portant sur de nouveaux éléments d’information et des résultats importants qui n’étaient pas encore disponibles lors de la date limite générale de soumission des résumés. Pour en savoir plus à ce propos, veuillez consulter le site Web du congrès de l’ECTRIMS.

Le concours annuel de subventions et de bourses de la Société de la SP approche à grands pas

La Société canadienne de la SP est en train de préparer son concours annuel de subventions et de bourses, qui débutera à la fin du mois de juillet. Les chercheurs et les stagiaires qui mènent des travaux de recherche sur la SP sont invités à présenter des demandes de subventions de fonctionnement, de bourses de stagiaire de recherche pour étudiant au cycle supérieur et de bourses de recherche postdoctorale. Dans le cadre de ce concours annuel, qui est son programme de recherche phare, la Société canadienne de la SP consacre tous les ans près de sept millions de dollars à la recherche clinique et biomédicale sous la forme de bourses et de subventions. Pour obtenir un complément d’information sur le sujet, veuillez visiter la page du site Web de la Société canadienne de la SP consacrée aux possibilités de financement
Pleins feux sur la recherche

L’Agence de la santé publique du Canada révèle des données sur l’incidence et la prévalence de la sclérose en plaques au Canada

Le Système national de surveillance des maladies chroniques (SNSMC), appuyé par l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), recueille des données administratives auprès de toutes les provinces et de tous les territoires pour estimer la prévalence et l’incidence des maladies chroniques à l’échelle nationale, notamment la sclérose en plaques (SP). Les données administratives recueillies représentent environ 97 % de la population canadienne. L’ASPC a révélé récemment les taux d’incidence et de prévalence de la SP au Canada, à partir de données qui avaient été collectées en 2014 et en 2015. Consultez la section de notre site Web intitulée Nouvelles récentes sur la recherche en SP pour en savoir plus sur la façon dont le SNSMC assure la surveillance de la SP, sur les nouveaux taux d’incidence et de prévalence de cette maladie, sur ce qui explique pourquoi ces chiffres diffèrent de ceux qui avaient été rapportés antérieurement ainsi que sur ce qu’ils signifient pour les Canadiens atteints de SP.

Incidence et prévalence De quoi s’agit-il? Comment ces taux sont-ils établis? Pourquoi importent-ils?

Souvent confondus et utilisés incorrectement, les termes « incidence » et « prévalence » font partie du vocabulaire couramment employé dans le domaine de l’épidémiologie. L’épidémiologie est la branche de la recherche qui consiste en l’étude de la distribution et des déterminants des états de santé y compris la maladie au sein des populations. Les données issues des études épidémiologiques constituent un corpus de connaissances utiles au chapitre de la santé publique. Elles contribuent à une meilleure compréhension de l’évolution d’une maladie et permettent de déterminer les catégories de personnes chez qui celle-ci risque de faire son apparition. Il importe de faire la distinction entre les termes « incidence » et « prévalence » lorsqu’on se penche sur les tendances, les causes et les effets de la SP parmi la population. Dans un bille3t publié sur son blogue, Karen Lee se penche sur les concepts d’incidence et de prévalence, sur la façon dont ces deux éléments statistiques sont déterminés ainsi que sur les raisons pour lesquelles ces derniers sont importants.

Des stagiaires inscrits à un programme de maîtrise, de doctorat ou d’études postdoctorales étaient à l’honneur à l’occasion du Mois de la sensibilisation à la SP

Par l’entremise de son blogue, Karen Lee a présenté le portrait d’un certain nombre de stagiaires inscrits à un programme de maîtrise, de doctorat ou de recherche postdoctorale et actuellement subventionnés par la Société canadienne de la SP. Ces stagiaires contribuent au mouvement #stopSP ainsi qu’au rapprochement entre les chercheurs et les personnes atteintes de SP (#bringinguscloser) en consacrant leurs travaux à un large éventail de sujets d’investigation tels que la SP progressive, l’imagerie, la génétique, la barrière hémato-encéphalique, la prise en charge des symptômes et les facteurs environnementaux contribuant à l’apparition de la SP, pour ne nommer que ceux-là. Afin d’en savoir plus sur ce qui a incité ces stagiaires à s’intéresser à l’étude de la SP, sur ce qui leur plaît dans ce domaine ainsi que sur les travaux qu’ils ont entrepris, n’hésitez pas à consulter le blogue de Karen Lee, à dr.karenlee.ca.

Recherche subventionnée par la Société de la SP

Ce mois-ci, nous vous présentons des travaux de recherche menés par Shannon Kolind, titulaire d’un doctorat en physique de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), à Vancouver. Dans le cadre de ses études doctorales, Mme Kolind s’employait à élaborer des façons de mesurer la myéline gaine isolante qui entoure les fibres nerveuses du cerveau et de la moelle épinière en faisant appel à l’imagerie par résonnance magnétique (IRM). Elle a ensuite effectué un stage de recherche postdoctorale à l’Oxford Centre for Functional Magnetic Resonance Imaging of the Brain (FMRIB) de l’Université d’Oxford, ainsi qu’à l’Institute of Psychiatry du King’s College, à Londres. Durant ses études au Royaume-Uni, elle s’est spécialisée dans l’élaboration de techniques permettant d’obtenir des images de la myéline présente dans le cerveau et la moelle épinière ainsi que dans l’amélioration de ces méthodes en vue d’en faciliter l’utilisation dans le domaine de la recherche. Elle a finalement réintégré les rangs de l’UBC, pour se joindre cette fois au Département de neurologie à titre de professeure adjointe. Les travaux menés dans son laboratoire sont axés sur la mise au point d’une « boîte à outils » qui consiste en un ensemble de techniques d’imagerie tissulaire. L’équipe multidisciplinaire qui travaille à ses côtés utilise ces outils multimodaux afin d’accroître les degrés de sensibilité et de spécificité des tests menés dans le cadre d’essais cliniques, plus particulièrement lors d’essais cliniques portant sur de nouveaux médicaments.

Mme Kolind a reçu près de 300 000 $ dans le cadre du concours annuel 2017-2018 de bourses et de subventions pour mener une étude sur un biomarqueur d’imagerie de la progression de la SP. Lors des trois dernières décennies, les essais cliniques consistant à déterminer l’efficacité des traitements prometteurs contre la SP progressive reposaient essentiellement sur l’évaluation clinique de la progression de la maladie. Malheureusement, comme cette progression est généralement assez lente et difficile à mesurer objectivement, les chercheurs qui se penchent sur cet aspect de la SP dans le cadre d’essais cliniques doivent étudier des groupes importants de personnes durant de longues périodes. Les biomarqueurs sont des caractéristiques biologiques de l’organisme qui fournissent des indices sur l’activité d’une maladie ou sur les effets d’un traitement. Dans le cas de la SP, les variations du volume du cerveau constituent le biomarqueur le plus prometteur en matière d’imagerie cérébrale. Cependant, il peut s’écouler plus d’un an avant qu’on puisse constater de telles variations, et celles-ci ne sont que partiellement liées à l’évolution de la SP. C’est pourquoi l’équipe de recherche de Mme Kolind s’intéresse plutôt au potentiel que présente l’altération de la myéline comme biomarqueur de l’évolution de la SP. L’intégrité de la myéline est essentielle à la santé des neurones, et la détérioration de cette substance peut être un indice de la gravité de la SP. Les collaborateurs de Mme Kolind prévoient recourir à une technologie d’imagerie permettant de déceler et de mesurer les changements structurels de la myéline, lesquels pourraient constituer des indices sur la progression de la SP. Mme Kolind espère que les résultats de son étude permettront 1) d’élaborer une méthode qui rendra possible le suivi des changements subis par la myéline; 2) de reconnaître les personnes qui présentent un risque d’évolution grave de la maladie; et 3) de réduire le coût et la durée des essais cliniques sur la SP progressive.

Le saviez-vous?

Le Réseau de connaissances sur la SP est un système d’information et d’orientation mis sur pied par la Société de la SP, visant à fournir de l’information et des services de soutien uniformes, fiables et de grande qualité aux Canadiens. Les agents info-SP peuvent vous renseigner sur tous les aspects de la vie avec la SP. Si vous êtes aux prises avec cette maladie, travaillez avec une personne vivant avec la SP ou êtes un proche aidant, vous avez besoin d’information fiable et à jour pour prendre des décisions éclairées. Les agents info-SP peuvent vous aider à trouver de l’information et du soutien adaptés à votre situation.

Les agents info-SP sont accessibles dans tout le pays, du lundi au vendredi, de 8 h à 20 h (HE). Pour joindre un agent info-SP, composez le 1 844 859 6789 ou écrivez à agentinfosp@scleroseenplaques.ca. Clavardage en direct : consultez les sections À propos de la SP our Soutien et services de notre site Web.
Participation à une étude
Le Portail sur la recherche en SP proposé par la Société canadienne de la SP permet de mettre en communication les chercheurs canadiens en quête de participants pour leurs études et les personnes touchées par la SP qui souhaitent prendre part à de tels travaux. Dans la présente section du bulletin Recherche en action, il est question tous les mois de l’une des études présentées sur ce portail, comme celle qui est exposée ci-après :

Le paiement des médicaments : remboursement ou compromis?

Les personnes atteintes de sclérose en plaques (SP) se doivent de prendre une vaste gamme de médicaments d’ordonnance pour rester en santé et prévenir les incapacités. Or, le recours à ces médicaments peut imposer un lourd fardeau financier au fil du temps. Au Canada, le remboursement des médicaments d’ordonnance n’est pas uniforme et varie d’une province à l’autre, selon l’état de santé et la situation socioéconomique des personnes auxquelles ces médicaments sont prescrits. Alors que le Canada envisage la mise en place de solutions comme celles qui sont formulées dans le rapport Pharmacare 2020, il convient de mettre en relief les besoins des personnes aux prises avec la SP ou qui présentent des incapacités.

Les auteurs de l’étude dont il est ici question ont pour objectif de déterminer si les personnes qui ont la SP ou une maladie touchant la moelle épinière se heurtent à des obstacles financiers lorsque vient le temps pour elles de se procurer les médicaments dont elles ont besoin et, le cas échéant, d’en savoir plus sur les conséquences de ces obstacles pour ces personnes. Si vous acceptez de participer à cette étude, vous devrez répondre à un questionnaire, auquel vous aurez accès en ligne ou par téléphone. Répondre au questionnaire nécessitera une quinzaine de minutes. Pour consulter la page consacrée à cette étude, accédez au Portail sur la recherche en SP.
Autres nouvelles sur la SP...
Y a-t-il un sujet ou un événement lié à la recherche qui vous intéresse et dont nous n'avons pas parlé? Faites-le-nous connaître, à msresearchgrants@mssociety.ca.
Abonnement
Pour vous abonner à Recherche en action, visitez notre site Web et entrez votre adresse courriel dans l'encadré intitulé « Soyez à l'affût! ». L'inscription peut être annulée en tout temps.

N. B. - Si vous êtes déjà inscrit à la liste d'envoi des Nouvelles récentes sur la recherche en SP, vous recevrez automatiquement le bulletin Recherche en action.
Facebook Twitter Instagram Youtube Blog
À propos de nous | Faire un don | Vie privée | Coordonnées | Désabonnement
Société canadienne de la sclérose en plaques Imagine Canada
Société canadienne de la sclérose en plaques
250, rue Dundas Ouest, bureau 500
Toronto (Ontario) M5T 2Z5
msresearchgrants@mssociety.ca
1-800-268-7582

Lisez-le sous forme de page Web

exploité par Blackbaud
logiciel sans but lucratif