MS Society of Canada MS Society of Canada
Recherche en action - Octobre 2018
Recherche en action
Octobre 2018
Dernières nouvelles sur la recherche diffusées par la Société canadienne de la SP
Au service de la recherche Profil

Uorooj Tariq a entendu parler de la sclérose en plaques pour la première fois lorsque la mère d’un de ses camarades de classe du secondaire a reçu un diagnostic de SP. « À l’époque, j’ignorais tout de cette maladie, sauf le fait qu’elle bouleversait la vie de la personne concernée et celle de ses proches. »

Aujourd’hui, Uorooj occupe le poste de coordonnatrice de la recherche à la Société canadienne de la SP. Elle participe à la supervision des différentes activités de l’organisme en matière de financement de la recherche, comme le concours de bourses et de subventions annuel et le programme de subventions d’équipe, ainsi qu’à la gestion du Portail sur la recherche en SP et à la publication du bulletin Recherche en action. « Je suis à la Société de la SP depuis près de deux ans, et je continue d’aimer mon travail comme au premier jour. »

Ce que son rôle a de plus gratifiant? Rencontrer des personnes atteintes de SP en faisant du bénévolat lors du déjeuner-gala Unies pour la SP, à l’occasion de discussions sur l’engagement envers la recherche ou encore dans le cadre du programme permettant à des membres de la collectivité de participer à l’évaluation des projets de recherche. « C’est une chose d’aimer son travail; c’en est une autre de rencontrer des personnes qui vivent avec la SP et de constater que nos efforts les aident réellement. Cela procure un sentiment incroyable et constitue une grande source de motivation pour moi. »
Événements liés à la recherche en SP et possibilités de financement

Poste de vice-président adjoint des programmes de recherche à pourvoir au sein de la Société de la SP

Basé à Toronto (Ontario) et exerçant ses fonctions à l’échelon national, le vice-président adjoint des programmes de recherche relèvera de la vice-présidente de la recherche, avec qui il travaillera en étroite collaboration relativement à des initiatives clés, telle l’élaboration de programmes de recherche novateurs, en plus de coopérer avec une équipe de chercheurs à l’œuvre au Canada et à l’étranger. Il agira également à titre d’ambassadeur de la Société de la SP au chapitre de la sensibilisation et de la collecte de fonds au profit des activités de l’organisme en lien avec la recherche, et ce, en participant à des présentations et à des discussions ainsi qu’en misant sur le réseautage professionnel et les médias sociaux. En plus de faire preuve de leadership, le vice-président adjoint des programmes de recherche aura la capacité d’analyser et de synthétiser des données scientifiques complexes ainsi que de concevoir des programmes de recherche efficaces. Pour en savoir plus à ce sujet, veuillez consulter la section de notre site Web consacrée aux offres d’emploi.

Boursiers de niveau doctoral ou postdoctoral recherchés à l’Université de la Colombie-Britannique

Le groupe de chercheurs en pharmacoépidémiologie de la SP baptisé Pharmacoepidemiology in MS (PiMS) et dirigé par Mme Helen Tremlett, Ph. D., à l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, souhaite recruter des boursiers de niveau doctoral ou postdoctoral hautement qualifiés et motivés. Les candidats retenus se verront offrir une occasion extraordinaire de faire de la recherche sur la sclérose en plaques tout en bénéficiant d’un excellent environnement de formation. Il est possible d’en savoir plus sur les postes à pourvoir au sein du groupe PiMS en consultant le site Web http://epims.med.ubc.ca/our-team/job-opportunities. Si vous avez des questions au sujet de cette offre ou si vous souhaitez poser votre candidature, veuillez communiquer par courriel avec le groupe PiMS, à info.pimsgroup@gmail.com (cc: helen.tremlett@ubc.ca).

Étudiant des cycles supérieurs recherché à l’Université Laval

Le laboratoire de M. Luc Vallières, Ph. D., est à la recherche d’un étudiant des cycles supérieurs dynamique, travaillant, motivé, rigoureux et prêt à collaborer, qui possède un intérêt marqué pour la neuro-immunologie et qui répond aux exigences suivantes : diplôme universitaire (B. Sc., M. Sc., Ph. D.) dans une discipline pertinente, connaissances en immunologie, bon dossier scolaire et bonnes aptitudes en rédaction. De l’expérience en lien avec la publication et la communication scientifique sera considérée comme un atout. Les personnes intéressées doivent soumettre leur candidature par courriel à l’adresse ci-dessous et joindre les éléments suivants à leur envoi : énoncé d’intérêt pour la recherche, curriculum vitæ, liste de publications, relevé de notes récent, et liste de références comportant le nom et les coordonnées d’au moins trois personnes.

Luc Vallières, Ph. D., professeur
Département de médecine moléculaire, Faculté de médecine, Université Laval
Axe Neuroscience, Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval
2705, boulevard Laurier, Québec (Québec) Canada, G1V 4G2
Courriel : Luc.Vallieres@crchul.ulaval.ca
Pleins feux sur la recherche

Les résultats d’un essai clinique financé par la Société de la SP confirment l’inefficacité de la veinoplastie pour le traitement de la SP

Le terme « insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique (IVCC) » désigne une affection hypothétique qui serait caractérisée par l’obstruction ou le rétrécissement des veines du cou et de la tête. Cette obstruction entraînerait une incapacité du système veineux à drainer efficacement le sang du système nerveux central. Selon l’hypothèse émise par le Dr Paolo Zamboni, l’IVCC serait à l’origine de la pathogenèse et des symptômes invalidants de la SP en raison de l’inflammation qui découlerait du mauvais drainage sanguin. De multiples groupes de chercheurs, y compris l’équipe de recherche du Dr Zamboni, ont toutefois démontré lors de travaux subséquents que la veinoplastie n’avait pas permis de modifier le cours de la SP chez les personnes qui avaient subi cette intervention. Dernièrement, lors d’une étude financée par la Société canadienne de la SP et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et pour laquelle des fonds supplémentaires ont été versés par la Michael Smith Foundation for Health Research, Research Manitoba et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, des chercheurs ont évalué l’innocuité et l’efficacité de la veinoplastie, comparativement à une intervention factice, chez des personnes atteintes de SP qui présentaient des signes d’IVCC. Les résultats de cette étude dirigée par le Dr Anthony L. Traboulsee, chercheur et neurologue de l’Université de la Colombie-Britannique, ont été publiés dans la revue Neurology.

Pour en savoir plus à ce sujet, vous pouvez consulter les Nouvelles récentes sur la recherche en SP.

À propos des travaux de recherche présentés lors du congrès de l’ECTRIMS 2018

L’équipe de la recherche de la Société de la SP a assisté au dernier congrès de l’ECTRIMS (comité européen pour le traitement et la recherche dans le domaine de la sclérose en plaques), qui s’est déroulé du 10 au 12 octobre. Sur notre blogue consacré à la recherche figurent déjà divers articles consacrés aux facteurs de risque de SP et aux formes progressives de cette maladie, ainsi qu’une vidéo passionnante mettant en vedette les chercheurs qui collaboreront à un essai clinique de cinq millions de dollars axé sur la réadaptation cognitive dans le contexte de la SP. Consultez le blogue de Karen Lee, à l’adresse drkarenlee.ca, pour en savoir plus à ce propos et d’autres sujets captivants abordés lors du congrès de l’ECTRIMS.

Chercheur subventionné par la Société de la SP

Dre Brenda Banwell, Hôpital pour enfants de Philadelphie, École de médecine Perelman, Université de la Pennsylvanie

Ce mois-ci, nous vous présentons la Dre Brenda Banwell , qui est chef du Service de neuropédiatrie et professeure de neurologie et de pédiatrie à l’École de médecine Perelman de l’Université de la Pennsylvanie. La Dre Banwell est la chercheuse principale du Programme canadien sur les maladies démyélinisantes (Canadian Pediatric Demyelinating Disease Program CPDDP), qui met à contribution cinq chercheurs principaux, 47 chercheurs participants et 15 centres de recherche. Elle travaille également en collaboration avec d’autres chercheurs (les Drs Bar-Or, Arnold, Marrie et Yeh) subventionnés par la Société canadienne de la sclérose en plaques (de 2004 à 2020). Les travaux de la Dre Banwell portent sur les caractéristiques cliniques de la SP et de maladies connexes, de même que sur la neuroimagerie, les biomarqueurs et les effets de ces maladies chez les enfants. En 2010 et 2017, la Dre Banwell a siégé en tant que neuropédiatre à divers comités dont le panel international consacré au diagnostic de la SP (« critères de McDonald »), le comité consultatif international sur les essais cliniques consacrés aux nouveaux médicaments dans le contexte de la SP, et le comité en lien avec la SP du National Institute of Health Common Data Elements. Elle est administratrice au sein du conseil d’administration de l’Académie américaine de neurologie, en plus de siéger au conseil médical consultatif de la Société canadienne de la sclérose en plaques et du conseil médical consultatif de la Fédération internationale de la sclérose en plaques.

La Dre Banwell et son équipe de collaborateurs ont reçu une subvention de 3 200 000 $ destinée au financement de travaux de recherche centrés sur la SP pédiatrique. Jusqu’à ce que soit mis sur pied le Réseau canadien pour les maladies démyélinisantes pédiatriques, en 2004, on ne savait rien de la prévalence ou des conséquences de la SP chez les enfants et les adolescents ni de ce qui distinguait la SP pédiatrique de la SP chez l’adulte. En collaboration avec une équipe regroupant des immunologistes, des épidémiologistes et des spécialistes de l’imagerie, la Dre Banwell poursuit ses travaux de recherche sur la SP pédiatrique, qui portent essentiellement sur le retentissement de la SP sur la qualité de vie, l’utilisation des services de soins de santé, le développement du cerveau, les capacités cognitives et le système immunitaire. Cette équipe de recherche coopérative a découvert que tous les ans, environ un enfant canadien sur 100 000 est en proie à une première poussée semblable à une poussée de SP. Plus de 90 p. 100 des enfants concernés se remettent bien de cette première poussée, mais quelque 20 p. 100 finissent par recevoir un diagnostic de SP. On n’a pas encore établi pourquoi la SP s’installe chez certains enfants, alors que les autres ne subissent qu’une seule poussée démyélinisante. S’ils découvrent les raisons pour lesquelles certains enfants subissent une seule poussée qui n’évolue jamais vers la maladie chronique, à savoir la SP, les chercheurs pourraient mettre au jour des stratégies utiles pour le traitement de cette dernière. Les infections par le virus d’Epstein-Barr, un faible taux de vitamine D et un déséquilibre entre le nombre de cellules immunitaires « bénéfiques » (celles qui régulent les réactions immunitaires) et le nombre de cellules immunitaires « agressives » (celles qui attaquent le cerveau) sont autant de facteurs que l’on observe fréquemment chez les enfants qui finissent par recevoir un diagnostic de SP. En analysant les caractéristiques de ces enfants, l’équipe de recherche a constaté qu’au moins 30 p. 100 de ceux qui vivent avec la SP sont aux prises avec des troubles de l’apprentissage et de la mémoire et que leur cerveau, qui est plus petit que la normale, ne se développe pas comme il le devrait. Ces observations cruciales soulignent la nécessité de trouver des stratégies qui permettront de protéger le cerveau et d’améliorer le processus de réparation. Consultez la page de l’étude pour en savoir plus.

Le saviez-vous?

  • Voici quelques statistiques sur le dernier congrès de l’ECTRIMS : plus de 9 400 participants venus du monde entier, 1 975 résumés soumis, 156 conférenciers invités, 114 exposés oraux et 1 014 affiches. Ont notamment été abordés les sujets suivants : traitement, gestion des risques, imagerie, biomarqueurs, génétique, diagnostic et SP progressive. Pour consulter le programme du congrès, veuillez cliquer ici.
  • Depuis le 17 octobre 2018, les adultes âgés de 18 ans ou plus ont l’autorisation légale de posséder du cannabis, sous réserve des restrictions provinciales et territoriales en vigueur. Au Canada, l’utilisation du cannabis à des fins médicales a été légalisée en 2001. La Société de la SP a créé une page sur son site Web qui comporte de l’information sur le mode d’action du cannabis utilisé à des fins médicales, la recherche sur le cannabis et la SP, les études qui sont menées au Canada sur ce sujet, l’emploi du cannabis chez les enfants et les adolescents atteints de SP, et les défis que pose la recherche sur le recours à cette substance à des fins médicales.
Participation à une étude
Le Portail sur la recherche en SP proposé par la Société canadienne de la SP permet de mettre en communication les chercheurs canadiens en quête de participants pour leurs études et les personnes touchées par la SP qui souhaitent prendre part à de tels travaux. Dans la présente section du bulletin Recherche en action, il est question tous les mois de l’une des études présentées sur ce portail, comme celle qui est exposée ci-après :

Étude de cohorte prospective canadienne sur la grossesse dans le contexte de la SP (CANPREG MS).

La SP est l’affection neurologique acquise la plus courante parmi les adultes en âge de procréer. L’étude de cinq ans dont il est ici question a pour objectif de répondre au besoin croissant des femmes atteintes de SP en matière d’information à jour, personnalisée et fondée sur des données probantes, relativement à la procréation et à la maternité. Pour consulter la page consacrée à cette étude, accédez au Portail sur la recherche en SP.
Autres nouvelles sur la SP...
Y a-t-il un sujet ou un événement lié à la recherche qui vous intéresse et dont nous n'avons pas parlé? Faites-le-nous connaître, à msresearchgrants@mssociety.ca.
Abonnement
Pour vous abonner à Recherche en action, visitez notre site Web et entrez votre adresse courriel dans l'encadré intitulé « Soyez à l'affût! ». L'inscription peut être annulée en tout temps.

N. B. - Si vous êtes déjà inscrit à la liste d'envoi des Nouvelles récentes sur la recherche en SP, vous recevrez automatiquement le bulletin Recherche en action.
Facebook Twitter Instagram Youtube Blog
À propos de nous | Faire un don | Vie privée | Coordonnées | Désabonnement
Société canadienne de la sclérose en plaques Imagine Canada
Société canadienne de la sclérose en plaques
250, rue Dundas Ouest, bureau 500
Toronto (Ontario) M5T 2Z5
msresearchgrants@mssociety.ca
1-800-268-7582

Lisez-le sous forme de page Web

exploité par Blackbaud
logiciel sans but lucratif