MS Society of Canada MS Society of Canada
Recherche en action - novembre 2018
Recherche en action
novembre 2018
Dernières nouvelles sur la recherche diffusées par la Société canadienne de la SP
Au service de la recherche Profil

Faites la connaissance de Lynn Laccohee, travailleuse sociale de formation, qui s’est jointe à la Société de la SP il y a déjà 33 ans! Son travail consiste à fournir de l’information aux personnes atteintes de SP, à leurs proches et aux membres de leur réseau de soutien ainsi qu’à permettre à ces personnes de participer à des programmes susceptibles de répondre à leurs besoins. Lynn offre également de la formation aux bénévoles de la Société de la SP qui dirigent et animent des groupes d’entraide établis dans leur région. « Je m’estime chanceuse d’avoir rencontré tant de gens passionnés qui ne ménagent pas leurs efforts afin de contribuer à la création d’un avenir meilleur pour les personnes touchées par la SP », explique-t-elle.

Lynn trouve son inspiration auprès de ses collègues et des personnes touchées par la SP qui donnent de leur temps sans compter pour soutenir leur collectivité suivant différentes voies, tels le bénévolat, la collecte de fonds, les relations avec les gouvernements, la promotion de la recherche sur la SP ou toute autre activité visant à promouvoir la mission de notre organisme. « Faire équipe avec des personnes qui, malgré les défis qu’elles ont à surmonter, conservent la ferveur et la compassion qui leur permettent d’aider d’autres gens, voilà pour moi une source inépuisable de motivation », ajoute-t-elle.

Lynn espère que la recherche apportera des réponses nouvelles aux questions complexes qui sont au cœur des préoccupations des personnes touchées par la SP. Parmi ces questions figurent celles qui ont trait aux causes de la SP, aux facteurs qui contribuent à l’apparition de cette maladie et, ultimement, au remède contre celle-ci. Lynn place beaucoup d’espoir dans les travaux de recherche financés par notre organisme. « Travaillant au service de la Société de la SP depuis tant d’années, je peux affirmer en toute honnêteté que je n’ai jamais été aussi enthousiaste et motivée qu’à l’heure actuelle, et ce, grâce aux travaux exceptionnels menés par des chercheurs remarquables, qui mettent à contribution leur expertise pour approfondir nos connaissances sur la SP et redonner espoir aux personnes atteintes de cette maladie. »
Événements liés à la recherche en SP et possibilités de financement

Boursiers de niveau doctoral ou postdoctoral recherchés à l’Université de la Colombie-Britannique

Le groupe de chercheurs en pharmacoépidémiologie de la SP baptisé Pharmacoepidemiology in MS (PiMS) et dirigé par Mme Helen Tremlett, Ph. D., à l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, souhaite recruter des boursiers de niveau doctoral ou postdoctoral hautement qualifiés et motivés. Les candidats retenus se verront offrir une occasion extraordinaire de faire de la recherche sur la sclérose en plaques tout en bénéficiant d’un excellent environnement de formation.Il est possible d’en savoir plus sur les postes à pourvoir au sein du groupe PiMS en consultant le site Web http://epims.med.ubc.ca/our-team/job-opportunities. Si vous avez des questions au sujet de cette offre ou si vous souhaitez poser votre candidature, veuillez communiquer par courriel avec le groupe PiMS, à info.pimsgroup@gmail.com (cc: helen.tremlett@ubc.ca).

Étudiant des cycles supérieurs recherché à l’Université Laval

Le laboratoire de M. Luc Vallières, Ph. D., est à la recherche d’un étudiant des cycles supérieurs dynamique, travaillant, motivé, rigoureux et prêt à collaborer, qui possède un intérêt marqué pour la neuro-immunologie et qui répond aux exigences suivantes : diplôme universitaire (B. Sc., M. Sc., Ph. D.) dans une discipline pertinente, connaissances en immunologie, bon dossier scolaire et bonnes aptitudes en rédaction. De l’expérience en lien avec la publication et la communication scientifique sera considérée comme un atout. Les personnes intéressées doivent soumettre leur candidature par courriel à l’adresse ci-dessous et joindre les éléments suivants à leur envoi : énoncé d’intérêt pour la recherche, curriculum vitæ, liste de publications, relevé de notes récent, et liste de références comportant le nom et les coordonnées d’au moins trois personnes.

Luc Vallières, Ph. D., professeur
Département de médecine moléculaire, Faculté de médecine, Université Laval
Axe Neuroscience, Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval
2705, boulevard Laurier, Québec (Québec) Canada, G1V 4G2
Courriel : Luc.Vallieres@crchul.ulaval.ca
Pleins feux sur la recherche

La Société de la SP publie des recommandations sur la vitamine D dans le contexte de la SP

La Société canadienne de la sclérose en plaques a publié des recommandations relatives à la prise de suppléments de vitamine D et fondées sur des données probantes, qui pourront aider les personnes atteintes de SP à prendre des décisions éclairées sur leur santé. Ces recommandations procurent de l’information à l’intention des personnes qui ont reçu un diagnostic de SP ou qui sont prédisposées à cette maladie. Y sont également abordées la question des affections concomitantes et celle de la toxicité associée à la supplémentation en vitamine D. La Société de la SP a publié deux versions de ses recommandations relatives à la vitamine D : une version scientifique détaillée, à l’intention des fournisseurs de soins de santé et de la collectivité scientifique, de même qu’une version vulgarisée destinée au grand public. Ces recommandations seront utiles aux professionnels de la santé et aux décideurs, en ce sens qu’elles font état d’une évaluation approfondie des données probantes disponibles sur la vitamine D et son rôle dans le contexte de la SP, qui permettra d’orienter la pratique clinique et les politiques en matière de santé publique. Il est possible d’en savoir plus sur la vitamine D en lien avec la SP en consultant les sections « Nouvelles récentes sur la recherche en SP » et « Sujets d’actualité » du site Web de la Société de la SP ainsi que la foire aux questions sur la vitamine D proposée par celle-ci.

Une étude subventionnée par la Société de la SP révèle que l’exercice favorise la réparation de lésions semblables à celles de la SP chez des souris

La fatigue étant un important symptôme de la SP, les personnes vivant avec cette maladie se sont longtemps fait conseiller d’éviter les efforts physiques par crainte que l’activité physique aggrave leur état. Au cours des dernières années, des données démontrant les bienfaits de l’exercice en présence de SP ont été accumulées, et les professionnels de la santé conseillent maintenant à leurs patients de demeurer actifs, puisque l’activité physique a été associée à une diminution du taux de poussées, du volume des lésions cérébrales et de la progression de l’incapacité. Dans le cadre d’une étude subventionnée par la Société canadienne de la SP, Alberta Innovates: Health Solutions et les Instituts de recherche en santé du Canada, les chercheurs Samuel K. Jensen et V. Wee Yong ont vérifié si le fait de demeurer actif améliore la réparation ou la remyélinisation chez des souris porteuses de lésions semblables à celles de la SP. Les résultats de leurs travaux ont été récemment publiés dans la revue Cell Reports. Pour en savoir plus à ce sujet, vous pouvez consulter les Nouvelles récentes sur la recherche en SP.

À propos des travaux de recherche présentés lors du congrès de l’ECTRIMS 2018

L’équipe de la recherche de la Société de la SP a assisté au dernier congrès de l’ECTRIMS (comité européen pour le traitement et la recherche dans le domaine de la sclérose en plaques), qui s’est déroulé du 10 au 12 octobre. Sur notre blogue consacré à la recherche ont été publiés de nouveaux articles portant sur la cognition, la recherche clinique et divers registres pertinents. Y a aussi été ajouté un entretien vidéo avec deux spécialistes de la recherche sur la SP pédiatrique. Rendez-vous sur le blogue de Karen Lee, à l’adresse drkarenlee.ca pour en savoir plus à ce propos ainsi que sur d’autres sujets captivants abordés lors du congrès de l’ECTRIMS. Par ailleurs, une nouvelle importante sera bientôt diffusée sur ce blogue, que nous vous invitons à consulter régulièrement!
Chercheuse subventionnée par la Société de la SP

Mme Shannon Dunn, Ph. D., scientifique, Institut général de recherche de Toronto

Ce mois-ci, nous vous présentons Mme Shannon Dunn, scientifique membre du Réseau universitaire de santé de Toronto et professeure agrégée au Département d’immunologie de l’Université de Toronto. Mme Dunn a obtenu un doctorat de l’Université Western Ontario en 2002, puis elle a suivi une formation postdoctorale dans le domaine de la neuro-immunologie à l’Université Stanford, sous la supervision du Dr Lawrence Steinman de 2002 à 2009. Mme Dunn dirige un programme de recherche dont l’objectif est l’étude de l’influence des divers facteurs de risque de la sclérose en plaques sur la biologie en vue de l’élaboration de stratégies consistant à moduler le risque d’auto-immunité dans le contexte de l’encéphalomyélite allergique expérimentale (EAE), modèle animal de la sclérose en plaques. Cette chercheuse s’intéresse à l’impact que le sexe féminin, le début précoce de la puberté ainsi que l’obésité pourraient avoir sur le déclenchement de l’EAE.

Mme Dunn a reçu une subvention d’environ 350 000 $ destinée à financer une étude consacrée aux différences entre les sexes dans le contexte de la sclérose en plaques. La SP touche trois fois plus de femmes que d’hommes, et ce phénomène demeure inexpliqué. Selon des données probantes, la réponse immunitaire est plus intense chez les femmes que chez les hommes, et c’est ce qui expliquerait pourquoi le risque de réaction auto-immune (attaques lancées par le système immunitaire contre la myéline) est plus élevé chez les femmes. L’équipe de recherche de Mme Dunn entend creuser la question. Elle a déjà établi qu’un facteur pro-inflammatoire appelé « interféron gamma » (IFN γ) est sécrété chez les rongeurs femelles et non chez les mâles. Elle se propose de vérifier s’il en va de même chez les personnes atteintes de SP et de déterminer si le système immunitaire est plus actif (plus prompt à lancer des attaques contre la myéline) chez les femmes que chez les hommes. Une meilleure compréhension de la biologie des différences observées entre les sexes quant à la SP jettera un nouvel éclairage sur les mécanismes qui sous-tendent cette maladie, ce qui pourrait ouvrir la voie à l’élaboration de nouveaux traitements. N’hésitez pas à consulter la page de l’étude pour en savoir plus.

Le saviez-vous?

  • La Société de la SP a mis à jour sa page Web intitulée « Vitamine D » (voir section « Sujets d’actualité » de son site Web) en y ajoutant récemment de l’information sur les derniers travaux de recherche consacrés à la vitamine D. Cette ressource procure aussi des renseignements sur les nouvelles recommandations publiées par la Société de la SP à l’intention des personnes qui présentent un risque accru de SP ou qui vivent avec cette maladie. Pour consulter notre page Web portant sur la vitamine D et la SP, veuillez cliquer ici.
Participation à une étude
Le Portail sur la recherche en SP proposé par la Société canadienne de la SP permet de mettre en communication les chercheurs canadiens en quête de participants pour leurs études et les personnes touchées par la SP qui souhaitent prendre part à de tels travaux. Dans la présente section du bulletin Recherche en action, il est question tous les mois de l’une des études présentées sur ce portail, comme celle qui est exposée ci-après :

Troubles cognitifs survenant durant les poussées de sclérose en plaques

L’étude dont il est ici question consiste à évaluer l’impact des poussées de SP sur la fonction cognitive, par exemple sur la mémoire, la capacité d’apprentissage et l’aptitude à réfléchir. Les troubles cognitifs entraînés par une poussée ne sont pas aussi faciles à déceler que les troubles physiques qui accompagnent cette poussée, mais ils peuvent être détectés et mesurés à l’aide de tests précis. L’évaluation de la fonction cognitive fait appel à des tâches simples permettant de mesurer la qualité de diverses facultés mentales comme l’attention, la mémoire, la résolution de problèmes, le langage, etc. Elle permet en outre de cerner les changements cognitifs qui surviennent durant une poussée grâce à la comparaison des résultats des tests réalisés pendant la poussée à ceux des tests de référence. Pour consulter la page consacrée à cette étude, rendez-vous au Portail sur la recherche en SP.
Autres nouvelles sur la SP...
Y a-t-il un sujet ou un événement lié à la recherche qui vous intéresse et dont nous n'avons pas parlé? Faites-le-nous connaître, à msresearchgrants@mssociety.ca.
Abonnement
Pour vous abonner à Recherche en action, visitez notre site Web et entrez votre adresse courriel dans l'encadré intitulé « Soyez à l'affût! ». L'inscription peut être annulée en tout temps.

N. B. - Si vous êtes déjà inscrit à la liste d'envoi des Nouvelles récentes sur la recherche en SP, vous recevrez automatiquement le bulletin Recherche en action.
Facebook Twitter Instagram Youtube Blog
À propos de nous | Faire un don | Vie privée | Coordonnées | Désabonnement
Société canadienne de la sclérose en plaques Imagine Canada
Société canadienne de la sclérose en plaques
250, rue Dundas Ouest, bureau 500
Toronto (Ontario) M5T 2Z5
msresearchgrants@mssociety.ca
1-800-268-7582

Lisez-le sous forme de page Web

exploité par Blackbaud
logiciel sans but lucratif