MS Society of Canada Société canadienne de la sclérose en plaques
Lisez-le sous forme de page Web
Recherche en Action

Décembre 2017
Dernières nouvelles sur la recherche diffusées par la Société canadienne de la SP

Facebook Twitter Website
Facebook Twitter Site web

Au service de la recherche - Profil


Jennifer McDonnell
Titulaire d’un baccalauréat ès arts en psychologie de l’Université Carleton, Jennifer McDonnell s’est jointe à l’équipe des programmes et des services de la Société de la SP il y a 17 ans. Elle est maintenant responsable de l’information dans le cadre du Réseau de connaissances sur la SP, programme d’information mis récemment sur pied par la Société de la SP. À ce titre, elle a pour mandat de faire en sorte que les agents info-SP disposent de l’information la plus exacte et la plus à jour possible en lien avec la sclérose en plaques. Jennifer a déjà occupé divers postes contractuels au sein d’autres organismes à l’œuvre dans le domaine de la santé, comme la Fédération internationale de la sclérose en plaques (Londres, Royaume-Uni) et les Instituts de recherche en santé du Canada. Cependant, c’est au service de la Société de la SP qu’elle a décidé de poursuivre son parcours professionnel.

À la Société de la SP, Jennifer compte à son actif de nombreuses réalisations et a grandement contribué à la mise en œuvre de divers projets dont les retombées pour les personnes concernées se sont avérées considérables. En plus de prendre part à la création d’un programme de conférences offert d’un bout à l’autre du pays, Jennifer a notamment contribué à la révision et à la publication de la cinquième édition (en 2014) du livre intitulé La sclérose en plaques : un guide indispensable, et ce, en collaboration avec son auteur, le Dr Paul O’Connor, ancien conseiller médical et scientifique de la Société de la SP. Jennifer estime par ailleurs avoir vécu une expérience exceptionnelle en participant à la conception et au lancement du Réseau de connaissances sur la SP. « Chaque jour, nous pouvons constater l’impact positif du travail accompli par nos agents info-SP sur la vie des personnes touchées par la sclérose en plaques. »

Au sujet de ce qui l’inspire le plus relativement aux personnes qu’elle a eu l’occasion de rencontrer dans le cadre de son travail à la Société de la SP, Jennifer tient les propos suivants : « Au fil des ans, j’ai eu le plaisir et le privilège de travailler aux côtés de gens extraordinaires, à savoir des collègues, des bénévoles, des personnes touchées par la SP, des professionnels de la santé ainsi que des interlocuteurs et des collaborateurs travaillant au service de diverses entités, y compris d’autres organismes de la SP. Le fait de collaborer avec un si grand nombre de personnes et d’équipes à l’œuvre dans différents milieux et cumulant des expériences d’une grande diversité m’inspire au plus haut point et m’amène à accroître mon bagage de connaissances presque quotidiennement. »

Événements liés à la recherche en SP et possibilités de financement

Événements liés à la recherche en SP et possibilités de financement

Les cours d’été stopSP 2018 se dérouleront du 11 au 14 juin à Toronto, au Centre Peter Gilgan pour la recherche et l’apprentissage de l’Hôpital pour enfants malades, et porteront sur le thème « Importance des facteurs liés à l’environnement et au mode de vie dans le contexte de la SP : du laboratoire au chevet du patient ». Les personnes intéressées peuvent soumettre leur candidature jusqu’au 15 février 2018. Pour obtenir plus d’information à ce sujet, consultez le site Web consacré au programme de cours d’été stopSP. La Société de la SP propose aussi le programme de perfectionnement SPRINT, destiné aux chercheurs en formation, auquel les stagiaires de recherche admissibles pourront s’inscrire jusqu’au 13 février 2018. Pour en savoir plus à ce sujet, rendez-vous sur le site Web du programme SPRINT.

Des chercheurs, des cliniciens et des représentants de la collectivité évaluent conjointement les projets de recherche soumis dans le cadre du programme de bourses et de subventions de la Société de la SP

Du 22 au 26 janvier, des chercheurs et des cliniciens spécialisés en SP ainsi que des membres de la collectivité touchés par cette maladie se réuniront à Toronto pour évaluer les demandes de bourse et de subvention reçues par la Société de la SP. Trois comités d’examen débattront ainsi à propos des demandes soumises à l’organisme relativement aux types de financement suivants : subventions de fonctionnement destinées à la recherche biomédicale ou à la recherche clinique et sur la santé de la population, subventions de recherche pilote pour des projets axés sur la recherche clinique et sur la santé de la population, et bourses de personnel visant à soutenir des étudiants à la maîtrise ou au doctorat et des chercheurs postdoctoraux. Pour en savoir davantage sur le processus d’examen des propositions de recherche, consultez le site Web de la Société de la SP.

Rassemblement de chercheurs et de cliniciens spécialisés en SP dans le cadre d’un congrès scientifique

Le Forum 2018 de l’ACTRIMS (Comité des Amériques pour le traitement et la recherche dans le domaine de la sclérose en plaques) accueillera des chercheurs, des cliniciens et des stagiaires de recherche du monde entier à San Diego, en Californie, du 1er au 3 février prochains. L’événement donnera lieu à des présentations par des spécialistes de la SP sur des sujets comme les nouvelles cibles thérapeutiques, les mécanismes sous-jacents de la SP, la neuro-inflammation et les études cliniques en lien avec la SP. Pour en savoir plus sur ce forum, consultez la page Web consacrée à ce dernier. Les membres de l’équipe de la recherche de la Société de la SP seront sur place pour faire un compte rendu des plus récentes nouvelles sur la recherche en SP.

Pleins feux sur la recherche

Les résultats d’une étude indiquent que le traitement des veines dans le contexte de la SP est sans danger, mais inefficace

Le terme « insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique » (IVCC) a été créé par le Dr Paolo Zamboni; il désigne une affection qui serait caractérisée par l’obstruction ou le rétrécissement des veines du cou et de la tête. Cette obstruction entraînerait une incapacité du système veineux à drainer efficacement le sang du système nerveux central. En 2009, le Dr Zamboni a mené une étude dont les résultats démontraient la présence d’une IVCC chez tous les participants atteints de SP et donnaient à penser que cette affection contribuait peut-être à la progression de la SP. Depuis, des chercheurs du monde entier ont publié des résultats de recherche contradictoires sur l’IVCC en lien avec la SP. Afin de se pencher sur ces résultats divergents et sur les questions qu’ont soulevées la conception des études et l’innocuité du traitement de l’IVCC, le Dr Zamboni a entrepris un essai clinique à double insu de grande envergure, qui avait pour but d’évaluer l’innocuité et l’efficacité du traitement de l’IVCC chez les personnes atteintes de SP. Les résultats de ses travaux ont été publiés dernièrement dans la revue JAMA Neurology. Cliquez ici pour en savoir plus sur cette étude.

Santé Canada approuve le MavencladMC pour la prise en charge de la SP cyclique


Santé Canada a approuvé récemment le MavencladMC (cladribine, médicament à prise orale) en tant que médicament modificateur de la SP. Ce produit, commercialisé par EMD Serono, cible de manière sélective certains types de globules blancs, y compris les lymphocytes, et plus particulièrement les lymphocytes T nocifs, et il s’accumule dans ces cellules. En interférant avec la synthèse de l’ADN au sein des lymphocytes T nocifs, le MavencladMC entraîne une déplétion de ces cellules et atténue ainsi l’inflammation qu’elles provoquent. L’approbation du MavencladMC procure une option supplémentaire de traitement de deuxième intention aux personnes atteintes d’une forme active de SP cyclique. L’homologation de ce produit porte à quinze le nombre de médicaments modificateurs de l’évolution de la SP maintenant offerts aux Canadiens qui sont aux prises avec la SP cyclique. Vous pouvez consulter le site Web de la Société de la SP pour obtenir davantage d’information sur le MavencladMC.
Pour en savoir plus sur les travaux de recherche en lien avec la sclérose en plaques, consultez la section « Nouvelles récentes sur la recherche en SP » de notre site Web.

Information en ligne sur la recherche

L’équipe de la recherche de la Société de la SP a assisté au 7e congrès conjoint de l’ECTRIMS et de l’ACTRIMS, qui s’est tenu à Paris, en France, du 25 au 28 octobre derniers. Pendant l’événement, les membres de l’équipe ont publié des billets sur le blogue de la Société de la SP consacré à la recherche, dans lesquels ils ont parlé des plus récentes études et de travaux de recherche sur la SP qui sont menés dans le monde entier et qui ont retenu l’attention.


L’un de ces billets portait sur la barrière hémato-encéphalique (BHE), laquelle consiste en un réseau de cellules qui recouvrent la paroi interne des vaisseaux sanguins du cerveau et qui empêchent les substances nocives de pénétrer dans ce dernier. Chez les personnes atteintes de SP, l’étanchéité de la BHE est compromise, ce qui permet aux cellules nocives de se rendre au cerveau et d’y causer des lésions tissulaires. Dans ce même billet, il est aussi question de trois présentations données lors du congrès par des chercheurs d’ici, soit le Dr Alexandre Prat, du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal, Elizabeth Gowing, étudiante au doctorat au laboratoire du Dr Prat, et Catherine Larochelle, de l’Université de Montréal.

Un autre billet traitant de la révision effectuée en 2017 des critères diagnostiques de la SP de McDonald a également été publié; cette révision a aussi fait l’objet d’une présentation lors du congrès. C’est en 2001 qu’ont été publiés pour la première fois les critères diagnostiques de la SP de McDonald. Définis par le neurologue Ian McDonald et son équipe de chercheurs, ces critères avaient pour but de permettre l’établissement rapide d’un diagnostic de sclérose en plaques et d’accroître la sensibilité diagnostique. Ils comprennent notamment des lignes directrices relatives aux résultats d’imagerie par résonance magnétique (IRM), aux examens cliniques ainsi qu’à l’analyse du liquide céphalorachidien. Depuis 2001, ces critères ont été révisés à trois reprises. Les critères révisés en 2017 permettront non seulement de réduire le risque de diagnostic erroné, mais surtout de poser un diagnostic de SP plus rapidement qu’auparavant et, par conséquent, d’amorcer un traitement sans délai.

Recherche subventionnée par la Société de la SP

Dre Sarah Morrow


Dans le présent article, nous vous présentons une étude menée par la Dre Sarah Morrow, professeure de neurologie à l’Université Western. La Dre Morrow a obtenu son doctorat en médecine à l’Université de Calgary. Elle détient également une maîtrise en épidémiologie de l’Université d’État de New York à Buffalo. Médecin clinicienne à la clinique de SP de London, elle a mis sur pied la première clinique de troubles cognitifs associés à la SP du Canada, à l’Institut Parkwood. Les champs d’intérêt de la Dre Morrow sont les dysfonctions cognitives, l’épidémiologie et le traitement de la SP par corticostéroïdes.

Lors du concours de bourses de subventions 2016-2017 de la Société de la SP, la Dr Morrow a reçu une subvention de plus de 150 000 $ pour mener une étude axée sur la prise en charge des troubles cognitifs associés à la SP. Dans bien des cas, la SP réduit la vitesse de traitement de l’information, soit la capacité à intégrer et à interpréter l’information rapidement et de façon cohérente; elle entraîne aussi des troubles de la mémoire. Or, il n’existe pour l’instant aucun traitement établi ou approuvé contre ces symptômes cognitifs, qui sont pourtant fréquents chez les personnes atteintes de SP. La Dre Morrow se propose d’étudier les effets d’un médicament approuvé pour le traitement du trouble déficitaire de l’attention (avec hyperactivité) appelé « Adderall XR » chez les personnes atteintes de SP qui présentent une diminution de la vitesse de traitement de l’information. Les précédents travaux de la Dre Morrow ont démontré que ce médicament peut accroître la vitesse de traitement de l’information chez les personnes atteintes de SP, mais il faut poursuivre la recherche afin d’étayer une telle hypothèse. L’étude dont il est ici question et à laquelle 25 participants ont été inscrits à ce jour se révélera déterminante, en ce sens qu’elle démontrera s’il est possible d’attribuer à ce médicament une nouvelle indication pour le traitement de troubles cognitifs courants chez les personnes atteintes de SP. Enfin, soulignons que la Dre Morrow mène une autre étude pour laquelle elle recrute actuellement des participants reportez-vous à la section suivante pour en savoir plus à ce sujet.

Le saviez-vous?

Chaque année, la Société de la SP affecte environ 10 millions de dollars à des travaux de recherche portant sur les aspects biologiques et cliniques de la SP. La Société de la SP finance également des programmes de recherche et de formation visant à favoriser le développement d’un réseau de jeunes chercheurs talentueux et la participation de ces derniers à des activités leur permettant d’approfondir leurs connaissances et de parfaire leurs compétences en lien avec la recherche sur la SP. Pour en savoir plus sur les travaux de recherche qui ont été financés au cours de la dernière année par la Société de la SP et la Fondation pour la recherche scientifique sur la SP, consultez les Résumés de recherche 2017.

Participation à une étude

Étude des anomalies touchant la barrière hémato-encéphalique durant les poussées de SP.

Le traitement des poussées aiguës de sclérose en plaques (SP), également appelées « attaques », « crises » ou « exacerbations », consiste généralement à administrer des doses élevées de stéroïdes, soit au moins un gramme par jour durant cinq jours. On croit que, durant une poussée de SP, la barrière qui sépare les vaisseaux sanguins et le cerveau (barrière hémato-encéphalique ou BHE) devient perméable, laissant pénétrer dans celui-ci des cellules immunitaires et ouvrant ainsi la voie à l’inflammation et à la détérioration de la gaine protectrice (myéline) des fibres nerveuses. En rétablissant l’étanchéité de la BHE, les stéroïdes permettent à la myéline de commencer à se reconstituer, ce qui a pour effet d’atténuer les symptômes de SP. Toutefois, certaines personnes atteintes de cette maladie ne se rétablissent pas complètement après une poussée, laquelle laissera des séquelles. Les auteurs de l’étude en question ont pour objectif de déterminer le degré de perméabilité de la BHE avant, pendant et immédiatement après un traitement par stéroïdes administré en raison d’une poussée de SP. Pour en savoir plus au sujet de cette étude, veuillez consulter la page consacrée à celle-ci sur le Portail sur la recherche en SP.

Autres nouvelles sur la SP…

Y a-t-il un sujet ou un événement lié à la recherche qui vous intéresse et dont nous n'avons pas parlé? Faites-le-nous connaître, à msresearchgrants@mssociety.ca.

Abonnement

Pour vous abonner à Recherche en action, visitez notre site Web et entrez votre adresse courriel dans l'encadré intitulé « Soyez à l'affût! ». L'inscription peut être annulée en tout temps.

N. B. - Si vous êtes déjà inscrit à la liste d'envoi des Nouvelles récentes sur la recherche en SP, vous recevrez automatiquement le bulletin Recherche en action.
2019 © Société canadienne de la sclérose en plaques. Tous droits réservés.

250, rue Dundas Ouest, bureau 500
Toronto (Ontario) M5T 2Z5

Politique de confidentialité  |  Désinscrire
 
exploité par Blackbaud
logiciel sans but lucratif