MS Society of Canada Société canadienne de la sclérose en plaques
Lisez-le sous forme de page Web
Recherche en Action

Février 2018
Dernières nouvelles sur la recherche diffusées par la Société canadienne de la SP

Facebook Twitter Website
Facebook Twitter Site web

Au service de la recherche Profil


Heidi Pylypjuk a reçu un diagnostic de SP cyclique (poussées-rémissions) à l’âge de 12 ans. À l’époque, on en savait très peu sur la SP pédiatrique. Heidi avait donc beaucoup de questions, mais trouvait peu de réponses. Son médecin lui avait dit qu’à l’âge de 20 ans, elle ne serait sans doute plus en mesure de bouger. « J’ai dû arrêter de faire du sport, et on m’a dit que je ne pourrais jamais devenir vétérinaire. Ce sont des choses difficiles à entendre à un si jeune âge, mais j’étais déterminée à prouver à mon médecin qu’il avait tort. J’ai travaillé extrêmement fort et, en 2009, j’ai été acceptée à l’école de médecine vétérinaire. »

Après la tombée du diagnostic, Heidi et sa famille ont commencé à participer à la Marche de l’espoir de la Société de la SP. Au fil des ans, Heidi a élargi ses activités bénévoles en prenant la parole lors d’événements et en jouant un rôle actif au sein des programmes destinés aux jeunes adultes vivant avec la SP. « J’ai l’impression que ma vie a évolué en parallèle de la recherche et de la Société de la SP en général. Je trouvais que les résultats de recherche n’étaient pas suffisamment axés sur la personne, sur les retombées pour une personne vivant avec la SP. Ma perception a changé lorsque j’ai eu l’occasion de devenir représentante de la collectivité. »

Heidi a agi comme représentante de la collectivité dans le cadre de l’examen annuel des demandes de subvention de la Société de la SP, qui a eu lieu au début de janvier. Elle siégeait au comité d’examen des demandes de bourse de personnel et a ainsi été appelée à se prononcer sur les demandes de bourses de recherche d’étudiants à la maîtrise ou au doctorat ou de bourses de recherche postdoctorale. « À titre de représentante de la collectivité, j’ai eu l’occasion de m’asseoir à la même table que les meilleurs scientifiques. En plus d’écouter avec intérêt mes commentaires, ils ont pris le temps de m’expliquer les concepts que je saisissais mal. J’ai découvert des idées nouvelles et des projets emballants, mais j’ai également pu saisir toute l’importance d’investir dans la recherche de demain. Ceux qui reçoivent du financement sont déterminés à faire des découvertes sur la SP. »

Événements liés à la recherche en SP et possibilités de financement

L’équipe du Service de la recherche de la Société de la SP nous donnera des nouvelles en direct du Congrès annuel 2018 de l’Académie américaine de neurologie (AAN)

Le 70e congrès annuel de l’AAN se tiendra du 21 au 27 avril prochains à Los Angeles, sous le soleil de la Californie. Constituant le plus important rassemblement du monde de spécialistes en neurologie, le congrès de l’AAN réunit plus de 10 000 neurologues et permet à ces derniers de tisser des liens, de discuter de la recherche de pointe et de participer à des activités de formation de haut niveau portant sur divers sujets, dont la sclérose en plaques. En raison de la forte demande, une partie du congrès sera consacrée à la SP et à des maladies attribuables à une inflammation du cerveau. Des séances sur la SP pédiatrique, les manifestations de cette maladie, les avancées cliniques, les médicaments modificateurs de l’évolution de la maladie et la prise en charge des symptômes sont ainsi prévues à l’horaire. Les membres de l’équipe de la recherche de la Société de la SP seront sur place pour assister aux exposés qui seront donnés ainsi qu’aux présentations par affiches, et ils profiteront de cet événement pour faire un compte rendu des plus récentes nouvelles sur la recherche en SP. Suivez-les sur Twitter (@Dr_KarenLee) et sur le blogue consacré à la recherche (drkarenlee.ca). Pour en savoir plus sur cet événement, consultez le site Web de l’AAN.

Marche de l’espoir et Vélotour SP : c’est un départ!

Voici venue la saison de la Marche de l’espoir et du Vélotour SP. Chaque printemps, des milliers de personnes de notre pays se mobilisent dans leur région pour participer à la Marche de l’espoir et au Vélotour SP et amasser des fonds. C’est ainsi que ces gens contribuent à la lutte contre la sclérose en plaques et apportent leur soutien aux personnes touchées par cette maladie. Joignez-vous à nous pour contribuer à bâtir un avenir meilleur pour les Canadiens atteints de SP. Consultez les pages Web de la Marche de l’espoir et du Vélotour SP pour en savoir plus sur ces deux événements.

Assistez au webinaire de la Société canadienne de la SP consacré à la prise en charge thérapeutique de la sclérose en plaques

La Société canadienne de la SP annonce la tenue d’un webinaire le mercredi 7 mars 2018, de 12 h à 13 h (HNC), dans le cadre de la série de webinaires consacrés à la prise en charge thérapeutique de la sclérose en plaques. Le Dr Michael P. Namaka, professeur au Collège de pharmacie et de médecine de l’Université du Manitoba, fera un exposé sur des sujets comme la pathogenèse de la SP, et plus particulièrement des formes récurrentes de cette maladie. Il discutera également des stratégies de traitement qui existent pour la SP cyclique. Visitez le site Web du webinaire pour en savoir plus et pour vous inscrire.

Pleins feux sur la recherche


La qualité de l’alimentation a-t-elle un lien avec le degré d’incapacité et la gravité des symptômes dans le contexte de la SP?

Certaines personnes atteintes de SP voient leur état s’aggraver, mais d’autres, non. Dans certains cas, la SP progresse rapidement, alors que dans d’autres, celle-ci reste stable des années durant. Ce phénomène demeure inexpliqué, ce qui est très frustrant pour toutes les personnes touchées par cette maladie. Que nous soyons en santé ou malades, nous pouvons tous modifier notre alimentation. Or, celle-ci constitue-t-elle un facteur modifiable pouvant favoriser un ralentissement de la progression de la SP? De nombreux régimes ont gagné en popularité parce qu’on croyait qu’ils contribuaient à la réduction des symptômes de SP. Toutefois, peu d’études ont porté sur les effets de ces régimes dans le contexte de la SP. Une équipe de chercheurs dirigée par la Dre Kathryn Fitzgerald et dont fait partie la Dre Ruth Ann Marrie, chercheuse et neurologue subventionnée par la Société de la SP, a publié un rapport à ce propos dans la revue Neurology. Les auteurs se sont penchés sur le lien potentiel entre la qualité de l’alimentation/l’adoption d’un régime particulier et la gravité des symptômes chez les personnes atteintes de SP. Cliquez ici pour lire l’article dans son intégralité.

Approbation par Santé Canada de l’OcrevusMC (ocrélizumab) comme premier médicament pour le traitement de la SP progressive primaire

L’année 1995 a marqué un tournant au Canada au chapitre du traitement de la sclérose en plaques avec l’approbation du tout premier médicament modificateur de l’évolution de la SP (MMÉSP) pour le traitement de la SP cyclique. Nous pouvons maintenant affirmer que 2018 passera également à l’histoire grâce à l’homologation dans notre pays du premier MMÉSP pour le traitement de la SP progressive primaire. Roche Canada a en effet annoncé que l’OcrevusMC venait d’être approuvé, avec conditions, pour le traitement de la SPPP chez les adultes aux premiers stades de cette forme de SP. L’approbation de l’ocrélizumab a été fondée sur l’évaluation de l’efficacité et de l’innocuité de ce produit, qui avait été réalisée lors d’un essai clinique de phase III, dont les résultats ont été publiés par le professeur Xavier Montalban et ses collaborateurs. L’étude en question (baptisée « ORATORIO ») était un essai clinique de phase III multicentrique, comparatif avec placebo, à double insu et à répartition aléatoire, qui a été mené en vue d’évaluer l’efficacité de l’ocrélizumab dans le ralentissement de la progression des incapacités cliniques associées à la SP progressive primaire chez des personnes atteintes de cette maladie. Pour en savoir plus à ce propos, consultez les Nouvelles récentes sur la recherche en SP.

Les membres de l’équipe de la recherche de la Société de la SP étaient présents lors du Forum 2018 de l’ACTRIMS

Lors du dernier rendez-vous annuel de l’ACTRIMS (Comité des Amériques pour le traitement et la recherche dans le domaine de la sclérose en plaques), qui se tenait du 1er au 3 février, à San Diego, en Californie, l’équipe de la recherche de la Société de la SP était sur place pour faire le compte rendu des plus récents travaux de recherche sur la SP et relater les nouvelles qui ont retenu l’attention pendant l’événement. Deux articles sur le blogue dr.karenlee.ca traitent de concepts émergents liés à la SP et des plus récents progrès dans le domaine de la recherche sur la SP présentés lors de la conférence. L’article consacré aux concepts émergents liés à la SP explique comment des chercheurs en début de carrière tentent d’en savoir plus sur les mécanismes sous-jacents à la SP, les facteurs déterminants de cette maladie, les nouvelles façons de mesurer son activité et les options de traitement offertes aux personnes vivant avec la SP. Le texte consacré aux plus récents progrès parle quant à lui des nouveaux traitements associés au processus de remyélinisation, des voies qui inhibent la remyélinisation, d’un facteur de risque génétique qui pourrait cibler d’autres fonctions cellulaires du système nerveux central, et de la réduction des effets indésirables associée au prolongement de l’intervalle qui sépare chaque dose d’un médicament modificateur de l’évolution de la maladie. Consultez le blogue drkarenlee.ca pour en savoir plus sur les travaux de recherche présentés lors du Forum de l’ACTRIMS.

Recherche subventionnée par la Société de la SP

Dr. Bradley Kerr


Dans le présent numéro de Recherche en action, nous vous présentons des travaux de recherche du Dr. Bradley Kerr, professeur agrégé de neurologie au Département d’anesthésiologie et de médecine de la douleur de l’Université de l’Alberta. Le Dr Kerr est titulaire d’un doctorat du King’s College de l’Université de Londres, au Royaume-Uni. Il a effectué un stage postdoctoral au laboratoire du Dr Samuel David, dont certains des travaux sont subventionnés par la Société de la SP. Les travaux du Dr Kerr portaient principalement sur les lésions de la colonne vertébrale et les modèles animaux de SP. Il a ensuite mis sur pied son propre laboratoire, en 2007. Le Dr Kerr est membre du comité directeur de l'Alberta MS Network et il a présidé le comité d’examen des demandes de bourse de personnel stopSP de la Société canadienne de la SP au cours des trois dernières années. Il bénéficie en outre d’un soutien financier de la Société de la SP depuis son stage postdoctoral. Il a en effet reçu une bourse de recherche postdoctorale de la Société de la SP de 2004 à 2007, puis la bourse de perfectionnement Donald Paty de 2009 à 2015. Les travaux du Dr Kerr visent la compréhension des mécanismes de la douleur chronique chez les personnes souffrant de lésions cérébrales ou d’une maladie comme la sclérose en plaques.

Le Dr Kerr a reçu près de 350 000 $ dans le cadre du concours annuel 2017-2018 de la Société canadienne de la SP en vue de mener à bien un projet qui porte sur les différences entre les sexes au chapitre des comportements associés à la douleur dans un modèle animal de SP. La douleur est un aspect important de la SP; plus de 50 % des personnes vivant avec la SP éprouveraient de la douleur chronique et neuropathique. Dans le cadre de précédents travaux de recherche financés par la Société de la SP, le Dr Kerr avait déjà relevé des différences entre les sexes quant aux manifestations de la douleur chez un modèle murin de SP (EAE). Son équipe de recherche avait également signalé que les résultats obtenus durant ces travaux suggéraient que la pratique quotidienne d’une activité physique pourrait influer sur les différences constatées relativement à la sensibilité à la douleur. En s’appuyant sur ces constatations, le Dr Kerr cherche maintenant à déterminer si le recours à un médicament destiné à contrer l’inflammation liée à la SP permettrait d’atténuer la sensibilité à la douleur et si un tel traitement entraînerait des réponses différentes chez les souris mâles et femelles atteintes d’une affection semblable à la SP. De plus, le Dr Kerr souhaite vérifier si le stress oxydatif, qui est l’un des mécanismes à l’origine de la neurodégénérescence dans le contexte de la SP, agit différemment selon le sexe, ce qui pourrait contribuer à des variations de la sensibilité à la douleur chez les personnes atteintes de SP. Le chercheur espère que sa nouvelle étude permettra d’approfondir les connaissances sur les mécanismes qui sous-tendent la douleur associée à la SP et d’élaborer de meilleurs traitements contre ce symptôme.

Le saviez-vous?

Grâce aux modèles animaux de SP, des chercheurs comme le Dr Kerr peuvent mieux comprendre le fonctionnement de la SP. Les trois modèles animaux les plus courants de la SP sont (1) l’encéphalomyélite allergique expérimentale (EAE), (2) un modèle provoqué par le virus de l’encéphalomyélite murine de Theiler (TMEV), et (3) la démyélinisation causée par des toxines. Chacun de ces modèles présente des limites, mais ils permettent d’étudier la SP sous différents angles. Par exemple, l’EAE reproduit la pathogenèse de la SP et permet d’étudier les effets de traitements expérimentaux, tandis que le modèle TMEV sert à étudier les lésions et la réparation tissulaire dans les processus de remyélinisation de la SP.

Participation à une étude

Élaboration d’un système d’évaluation de l’incapacité dans le contexte de la SP pédiatrique, fondé sur l’information fournie par des enfants et des adolescents ayant la sclérose en plaques

La quantification de l’incapacité dans le contexte de la SP pédiatrique constitue depuis toujours un défi. Comme dans le cas des adultes, l’évaluation de l’incapacité chez les enfants et les adolescents atteints de SP repose sur les cotes établies selon l'échelle de mesure EDSS (ou échelle élaborée des incapacités de Kurtzke). Toutefois, la SP n’a pas le même impact selon qu’elle se manifeste chez des enfants ou des adultes. À cet égard, il convient de souligner que les aspects de la vie reliés à l’environnement social y compris la famille, l’école et la collectivité revêtent une plus grande importance durant l’enfance qu’à l’âge adulte. De nos jours, la perception de l’incapacité parmi les enfants atteints de SP et l’impact de celle-ci sur leur qualité de vie sont mesurés selon des critères génériques servant à l’évaluation de la qualité de vie liée à la santé (QVLS) chez l’enfant. L’étude dont il est ici question consistera, d’une part, à déterminer les aspects de la vie touchés par la SP qui sont considérés comme essentiels à la qualité de vie (QV) par les enfants atteints de cette maladie et leurs parents et, d’autre part, à définir l’importance que ces enfants et leurs parents accordent à l’amélioration de chacun de ces aspects. Pour en savoir plus sur cette étude, veuillez consulter la page qui y est consacrée.

Autres nouvelles sur la SP...

Y a-t-il un sujet ou un événement lié à la recherche qui vous intéresse et dont nous n'avons pas parlé? Faites-le-nous connaître, à msresearchgrants@mssociety.ca.

Abonnement

Pour vous abonner à Recherche en action, visitez notre site Web et entrez votre adresse courriel dans l'encadré intitulé « Soyez à l'affût! ». L'inscription peut être annulée en tout temps.

N. B. - Si vous êtes déjà inscrit à la liste d'envoi des Nouvelles récentes sur la recherche en SP, vous recevrez automatiquement le bulletin Recherche en action.
2019 © Société canadienne de la sclérose en plaques. Tous droits réservés.

250, rue Dundas Ouest, bureau 500
Toronto (Ontario) M5T 2Z5

Politique de confidentialité  |  Désinscrire
 
exploité par Blackbaud
logiciel sans but lucratif